Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2008

s'accrocher aux fondamentaux

08.jpg

Ouf ! ras-le-bol, les joutes interblogs, et les explications interblogueurs, par mails ou par commentaires. Je ferme le ban. Je garde un oeil vigilant, parce que je n'aime pas bien les coups d'enfoirés prodigués en dessous de la ceinture, mais je reviens aux fondamentaux.

Le blog est un bel outil. Il m'est merveilleux. Je ne voudrais pour rien au monde le laisser dénaturer.

Les fondamentaux ?

C'est m'évader dans le sud avec manu, là où l'écriture s'essaye, où les collines sont repeintes aux couleurs d'un monde intérieur, et où les arbres font semblants de ne rien attendre,

C'est écouter à nouveau ces Bruits du coeur, me retourner sur celui qui me les fit entendre, et m'interroger avec lui : "vers où aller, lorsque l'on est perdu ?"

C'est s'aventurer sur de nouveaux rivages, et découvrir la plume et les goûts d'un énigmatique libertin,

C'est se balader sans vergogne vers chez mon copain Wajdi, y retrouver quelques vidéos toujours efficaces pour la petite branlette du soir, et tomber dans un débat inattendu sur l'audiovisuel public,

C'est retourner à la piscine, ne pas déroger aux lignes du quotidien,

C'est retrouver ma jumelle, parce qu'elle dit "en clair" ce que j'aimerais moi-même dire : "s'il-te-plaît, baise-moi...", et parce qu'à côté de ça les gouttes de pluie perlent sur des brins d'herbe,

C'est donner une deuxième chance à l'Abu-Nawâs, et tant mieux s'il y faut un autre couscous,

C'est errer chez celle qui a la grâce de faire couler le temps à rebrousse-coeur,

C'est aller au sauna, sentir en soi un bel engin et envier des jeunes qui s'explorent,

C'est écouter Bach, et Fabrizio Cassol, parce que oui, décidément je suis fan,

C'est faire un tour au bistro, éprouver que derrière les histoires, les choix et les liens, ce qui s'était construit n'était pas factice,

C'est penser à lui, encore, gérer mes rêves, toujours, pour qu'ils ne me submergent pas.

10:32 Publié dans mes amis blogueurs | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : blog

Commentaires

Hop ! Au bistro !

Écrit par : Nicolas J | 19 décembre 2008

Accroche-toi, frangin, accroche-toi ! ;-)
Allez viens, on va cueillir les perles de pluie sur les brins d'herbe, et murmurer "baise-moi" au creux des draps...
(merci pour cette belle évocation)
Et puis on fera un petit tour de l'essentiel car, au fond, il est tout ce qu'il nous reste lorsque l'écume s'est envolée.
Je t'embrasse

Écrit par : M. | 19 décembre 2008

Surtout, ne pas déroger aux lignes du quotidien. En particulier quand comme toi on ne suit que les lignes qu'on dessine.

Écrit par : manu | 19 décembre 2008

Tu as bien raison de dire qu'il y a toujours certaines choses plus importantes que d'autres. C'est la réalité, ce que l'on vit au quotidien, se qui nous construit "pour de vrai", rien n'est jamais tout noir ou tout blanc, il y a toutes les nuances aussi, et des enfoirés qui le sont sans définition, par nature et profondément.
J'aime moi aussi beaucoup tes fondamentaux et tout comme M. je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 19 décembre 2008

retour aux choses (pas) (ou justement) sérieuses !

Écrit par : balmeyer | 19 décembre 2008

-> Nicolas J -> N'oubliez pas de lever le coude à ma santé ce soir, avec Fiso ;
-> M. -> En même temps, s'aventurer sur d'autres terrains, un peu plus chahuté, ça permet presque de trouver du plaisir à revenir à ses peines et à ses habitudes. T'as remarqué, même avec un vent fort, l'écume s'arrête jamais totalement de se former...
-> manu -> Est-on toujours maître de ce que la main dessine ?
-> Bougrenette -> Il y a en tout cas des choses qui ne valent pas qu'on se mette en danger, il y en a tellement qui le mpéritent. Je t'embrasse aussi ;
-> balmeyer -> Tout le jeu étant de savoir en définitive où sont les choses (pas) (ou justement) (ou justement pas) sérieuses... Ah ! ben voilà, tu m'as embrouillé !

Écrit par : Oh!91 | 19 décembre 2008

"éprouver que derrière les histoires, les choix et les liens, ce qui s'était construit n'était pas factice"

Alors ça, je suis bien d'accord. C'est même le plus important à mes yeux. Bien plus que les actes de mesquineries, caché bien au chaud derrière son clavier.

Et arrête avec ces histoires de "menton chevaleresque". :)
C'est quoi d'abord, un "menton chevaleresque" ?

Écrit par : Aïn | 19 décembre 2008

Moi je n'aime juste pas quand les gens qui me touchent ont mal, j'ai mal pour eux, alors tu me trouves bien contente de te voir revenir à tes fondamentaux ...
Je t'embrasse aussi du coup, puisque rien ne vaut les bisous pour dire le doux.

Écrit par : feekabossee | 19 décembre 2008

Je n'aurai qu'un mot : Oui !

Écrit par : JeandelaXR | 20 décembre 2008

-> Aïn -> Va chez Bougrenette, regarde bien sa photo-montage du dernier Paris-carnet, essaie de regarder ton menton en toute objectivité (en toute objectivité, j'ai dit !) et ose me dire qu'il n'est pas chevaleresque !
Qu'est-ce que ça veut dire ? Disons qu'il a de la noblesse et de la beauté, une allure, un peu de fierté retenue... C'était une façon de dire que tu étais beau, voilà, faut pas chercher midi à 14 heures. Je t'embrasse ;
-> feekabossee -> merci ma belle. La polémique ne fait pas tellement mal. C'est avec les susceptibilités qui s'émoustillent autour qu'il faut faire attention, et pour ça toujours revenir à l'essentiel. Et au calme. Je t'embrasse aussi, au fond, c'est bientôt les fêtes ;
-> JeandelaXR -> Un seul mot de plus m'aurait subjugué, tu ne m'as pas habitué à être démesurément bavard...

Écrit par : Oh!91 | 20 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.