Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2008

la gestion de l'eau à bulletin secret

robinet.jpg

Une pernicieuse question de démocratie me taraude ce matin.

Le Syndicat des Eaux d'Île-de-France (SEDIF) a donc décidé hier de maintenir, après 2011, une gestion de l'eau déléguée au secteur privé (voir là). Le conseil syndical où siègent les représentants des 144 communes appartenant au SEDIF l'a voté, par 88 voix contre 54. L'écart de 34 voix dépasse largement celui du clivage gauche-droite. Il s'est trouvé des maires de gauche pour soutenir le choix d'une gestion privée, bien qu'on sache qu'elle coûte fort cher (j'en parlais hier). Y compris sans doute des maires qui s'étaient publiquement engagés en faveur de la municipalisation. Mais nul n'a le droit de savoir qui a voté quoi. Ça me semble être une totale aberration démocratique.

Quelle conception de la démocratie, en effet, que celle qui consiste à ce que vous, représentant du peuple, votiez à bulletin secret, sans avoir de compte à rendre à vos administrés, ni même à l'assemblée délibérante qui vous a nommé pour l'y représenter, sur une question aussi importante que le mode de gestion de l'eau.

En demandant et en obtenant l'organisation d'un vote à bulletin secret, les 68 représentants de droite savaient parfaitement ce qu'ils faisaient. Ils savaient ce qui s'était tramé en coulisse. Sur et sous les tables. L'affaire avait été bien arrangée. Moi, je trouve que ça devrait être anti-constitutionnel. Que sur les grands sujets d'intérêt public, les délibérations et les votes des représentants élus devraient être publics, chacun assumant son choix devant les citoyens et devant ses électeurs. C'est cela qui les prémunirait le mieux de toutes sortes de pressions. Ce devrait être le B-A-BA, un principe de précaution contre les risques de corruption. Parce que là, j'en reste bouche bée.

Pour l'heure, c'est Véolia qui s'en frotte les mains et Suez qui se tient en embuscade. C'est que le gâteau est gros...

Commentaires

C"est clair. Fo de la transparence.

Écrit par : wajdi | 12 décembre 2008

Vaste débat que la démocratie. Une sorte d'opium, non ?

Écrit par : Olivier Autissier | 12 décembre 2008

Je ne sais pas - l'opium, c'est censé avoir des effets planants, non ?

Écrit par : manu | 12 décembre 2008

-> wajdi -> c'est même limpide ;
-> Olivier Autissier -> Tu veux dire qu'on nous enfume ?
-> manu -> planant, ou ensuquant ?... J'ai comme dans l'idée qu'après la fumette, tu t'allonges et tu roupilles. Y'a sans doute une certaine version de la démocratie de délégation qui doit ressembler à ça.

Écrit par : Oh!91 | 12 décembre 2008

On se prend à espérer que le vote à bulletin secret soit jeté aux oubliettes...

Écrit par : Med'celine | 12 décembre 2008

L'eau devrait être gratuite et tout le monde devrait y avoir accès, dans la limite des ses besoins quotidiens.
On ne devrait faire payer que le surplus utilisé, pour les piscines particulières, pour tous les usages abusifs en général.

Utopique? peut-être...

Écrit par : christie | 14 décembre 2008

Pour vivre heureux, vivons cachés...

Écrit par : christie | 14 décembre 2008

-> med'celine -> en tout cas dans le cas du vote PAR des représentants du peuple, SUR des sujets d'intérêt général. Sinon, c'est la porte ouverte à toutes les corruptions. C'est comme si le résultat d'un match de foot se jouait entre l'arbitre et les capitaines des deux équipes dans une salle fermée à clé ;
-> Christie -> D'accord avec toi, les 40 premiers litres par jour, gratos pour tout le monde. Puis dés que l'usage de l'eau rentre dans des productions commerciales, alors on facture, et plus tu consommes, plus on te la facture cher, ça devrait être la règle... Un système de tarification sociale, en somme.

Écrit par : Oh!91 | 15 décembre 2008

Thème très intéressant que celui de la totale transparence des votes des élus locaux, sur les sujets d'intérêt public. Le dossier que tu évoques est passionnant, mais ce n'est qu'une goutte dans la mer (ah ah). Ca me rappelle notamment un autre débat, vieux de 10 ans (certes) mais auquel je m'intéresse en ce moment : quels étaient les maires qui avaient accepté de signer le manifeste anti-PACS en 1998 ? "Ils" avaient voulu conserver la liste secrète, mais par chance il y avait eu des fuites et elle avait été publiée (je la possède encore).
Ou aussi les maires qui font les chochottes et cachent à leurs administrés le nom du candidat à la Présidence à qui ils auront accordé leur nécessaire signature. Qu'est-ce que c'est que cette démocratie sans couilles d'élus qui n'assument pas PUBLIQUEMENT leurs choix PUBLICS ?

D'accord à 200% avec ta proposition.

Écrit par : Lancelot | 16 décembre 2008

-> Lancelot -> Disons que dans un système violent, où règnerait une loi de l'élimination par la maffia des élus en fonction de leur vote, qu'on puisse prévoir de les protéger de cette façon, par le secret de leur vote, ça pourrait se comprendre. Mais là, c'est le contraire, c'est le secret qui permet la corruption... Et c'est peut-être vrai sur des sujets comme le PACS aussi, qui sait de quoi sont capables des groupes comme l'Opus-Dei ?

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.