Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2008

se rassurer à peu de frais

medium_hommes_nus.jpg

J'avais besoin de me rassurer. Forcément, après la queue de poisson de ma sortie du sauna jeudi, ce "best friend" reçu en pleine poire le même soir, chargé de promesses et de frontières, de possibles et d'impossibles, d'éternel et de jamais, d'idées mêlées et emmêlées, après le billet d'hier qui découlait logiquement de ces doutes, et la morosité traînée ensuite la journée durant, dans une ambiance professionnelle mortifère...

Mon copain Yves, avec qui je partage le goût des sorties naturistes à la piscine Roger Le Gall m'avait sollicité, d'un courriel lapidaire dont il a le secret, au corps de texte vierge, la question simplement inscrite ainsi en objet : "vendredi ?"

J'avais dit oui, en précisant que j'avais besoin de tendresse, et le matin, au réveil, bien que passablement en retard, je pris le temps de me passer les poils pubiens à la tondeuse et de me raser les couilles.

Suffit-il vraiment de ces choses-là ? Je devais retrouver Yves vers 22h 30 chez lui. J'allais donc hier soir très innocemment à la piscine faire mes longueurs quotidiennes de maintien de forme. Mais à l'heure de la douche, puis au vestiaire, j'ai vu des garçons bander ostensiblement en me regardant. Des beaux garçons. Chercher à s'approcher. Et se palucher gentiment. L'un est même venu rejoindre ma douche voisine, et moyennant quelques jeux aussi discrets qu'érotiques, a lâché un jet puissant contre la paroi en carreaux de céramique.

Je me suis interdit de trop en faire, compte-tenu de mon rencart de la nuit, et me suis simplement étonné qu'un coup de tondeuse ait suffi à réhabiliter en moi un peu de sex-appeal.

A bien y réfléchir, j'ai joui. Mais une heure plus tard, devant un tartare sicilien à tomber par terre. C'était chez Félicie, la brasserie fétiche de Fiso où j'étais allé manger sur le pouce pour attendre 22h 30 pas trop loin de chez Yves. Là-bas, connecté à la wifi gratuite, j'ai appris d'Olivier Autissier une bonne nouvelle concernant mon ami-d'amour. Je ne m'étends pas sur les relations de cause à effet, mais à tort ou à raison, et au risque de perturber sa préparation au concert du week-end, j'ai tenté de le joindre à Londres pour la lui transmettre.

Auprès d'Yves, et de sa légèreté papillonne, j'ai ensuite trouvé ce dont j'avais besoin : de la tendresse, un sexe admirable, une couche hospitalière.

Et il m'a dit des choses des plus agréables sur mon postérieur : il faut bien commencer par une partie de son corps, pour se réconcilier avec soi-même...

Commentaires

c'est vrai que tu as un beau cul ... :-) mais c'est pas le sujet, si ?! (ravie pour l'entretien) youpi et je note une tondeuse et la vie est plus folle ;-)

Écrit par : Bougrenette | 29 novembre 2008

Qu'il ne rate rien. Ni son concert, ni son entretien :)

Écrit par : Olivier Autissier | 29 novembre 2008

Ben voilà, Yves un homme de goût et pas un homme de coup.
C'est ça le plus important car jouir sans plaisir on oublie....

Écrit par : Christophe | 29 novembre 2008

Je ne veux pas passer pour la mégère de service mais bon je l'avais bien dit: tout cela est trèèèès subjectif en définitive. Et c'est bien quand ça se passe comme tu le racontes...

Écrit par : Fab | 30 novembre 2008

-> à tous -> le plus important dans cette note, c'était quand-même le tartare sicilien de chez Félicie...
-> Bougrenette -> j'aurais pu titre ce billet :"le miracle de la tondeuse", mais bon... A quoi s'attachent les gens, des fois, hein ?!?...
-> Olivier Autissier -> J'ai eu des news hier soir : le concert, c'est déjà réussi ; l'entretien, ça le travaille, il sera prêt. Mille merci à toi ;
-> Christophe -> c'est joli ton expression "un homme de goût et pas un homme de coup" :
-> Fab -> J'ai vu que t'étais de retour à Londres ; c'est con, si j'avais su je t'aurais donné les références du concert d'hier soir : le Gay and Lesbian Symphony Orchestra de Londres jouait avec le Rainbow Symphony Orchestra de Paris, un magnifique programme d'après mon copain. Bon, en même temps, t'es peut-être pas encore remis du décalage horaire, et t'as encore l'Afrique du Sud en pleine tête.

Écrit par : Oh!91 | 30 novembre 2008

Tu es quand même un drôle de bonhomme, avec un beau cul c'est vrai/

Écrit par : Fauvette | 01 décembre 2008

Bonjour! De passage chez toi au hasard des clicks, je lis quelques billets et en apprécie le contenu ainsi que ta manière tendre et drôle de les écrire. Merci!

Écrit par : Med'celine | 01 décembre 2008

-> Fauvette -> Et encore, tu n'en as pas exploré tous les recoins...
-> Med'celine -> Ça fait plaisir de croiser la route d'une médecin lubrique (ludique ?). Bienvenue à toi. Et laisse toi aller, y'a de la place à l'impro, ici...

Écrit par : Oh!91 | 01 décembre 2008

En tant que médecin, je pourrais à la rigueur parler de salubricité...

Écrit par : Med'celine | 02 décembre 2008

-> Med'celine -> C'est bien le privilège de la médecine d'avoir un accès direct au corps et à ses attributs...

Écrit par : Oh!91 | 02 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.