Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 novembre 2008

la quarantaine (2) vue par Diane Dufresne

r0pgbfz9.jpg

J'étais hier soir, au théâtre des Bouffes-du-Nord, au concert de Diane Dufresne. Avec Yo, pour qui c'était une découverte, question de génération, Olivier Autisser et son ami Jean-Michel. L'idée venait de ces derniers d'ailleurs.

Diane Dufresne, je l'avais déjà vue sur scène, il y a plus de quinze ans, fantasque et pleine d'énergie, sur un vaste vaste plateau grand spectacle. Hier, et jusqu'au 16 novembre, c'est dans la proximité et l'intimité que tu l'approchais, ou qu'elle t'approchait, avec le seul piano de Gérard daguère. Elle n'a rien perdu de sa verve, de son timbre ni de son impertinence. J'aime quand elle s'aventure sur les territoires de Bertolt Brecht et de Kurt Weil. Et ses appels à toujours rester créatifs.

Si elle s'intéresse à la quarantaine, elle la met comme moi dans la perspective des longs wagons du temps qui passe. Elle y ajoute sa voix et ses mélodies étonnantes. Et ça donne j'taime plus que je t'aime. Prends-le pour toi, c'est sincère. Comme en écho à mon dernier billet.

Commentaires

C'était étonnant en effet cette proximité. Comme un cadeau d'elle.

Écrit par : Olivier Autissier | 07 novembre 2008

-> Olivier Autissier -> Un beau cadeau, ça c'est sûr.

Écrit par : Oh!91 | 09 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.