Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 octobre 2008

la petite révolution des sifflets

afp-photo-151979.jpg

La Marseillaise a donc été sifflée. Dans un stade.

C'était déjà arrivé en octobre 2001, pour un France-Algérie qui devait être d'anthologie mais qui ne se sera jamais terminé.

J'avais été dans le stade ce jour-là, sans percevoir immédiatement la résonance qu'aurait cette histoire.

Pendant des mois et des mois, jusqu'à l'élection présidentielle, la droite allait hurler à la honte nationale.

La honte ? C'est surtout sur le visage des séniors de banlieue, que je la lisais dans les jours qui suivirent, chez ces pères, ces mères de la première génération. Pas cette honte feinte, exprimée par des politiques en quête d'émotions populistes. Mais une honte profonde, nourrie de misère et de dignité comme les quartiers en regorgent, une honte qui disait l'impuissance, et qui conduisait même certains de ces hommes et ces femmes d'exil à s'en remettre à Sarkozy, à sa clique.

Parce que quand on se sent impuissant, on se berce de l'illusion que l'autorité et la répression peuvent remettre des jeunes sans espoir et sans avenir dans le droit chemin.

Sept ans plus tard, Sarkozy, ça tombe bien, tient les rênes de la nation, après avoir tenu cinq ans ceux de l'ordre public. Et l'hymne national est encore sifflé.

C'était pourtant si simple, à les entendre alors...

Fillon déclarait hier matin qu'il aurait fallu annuler la rencontre, qu'il ne faudra plus jamais accueillir au stade de France de matchs avec des pays du Maghreb. C'est un gag, ai-je pensé ? Mais qui est-il, ce petit baron ? Imagine-t-il un seul instant, quand il parle, ce qu'il aurait fait des 80.000 spectateurs, la plupart jeunes de ces banlieues, après avoir proclamé l'annulation du match ? Mais ce n'était pas une gaffe : Sarkozy lui a emboîté le pas, ses ministres Bachelot et Laporte à sa suite, ainsi que la machine médiatique - je te recommande un excellent article, là - et a proclamé que désormais, tout match sera interrompu quand l'hymne national aura été sifflé !

Jusqu'où iront-ils dans l'absurdité et le mépris ? C'est quoi, un hymne sifflé, ça commence où : quand un supporter siffle ? Dix ? Cent ? dix mille ? Et pourquoi infliger la punition aux soixante mille autres ? Et aux millions de téléspectateurs ?

Et le stade, quelqu'un s'est demandé comment évacuer un stade en colère ? Et pour les compétitions qui entrent dans le calendrier officiel d'une compétition ? C'est l'empereur, en quittant l'arène, qui signifiera quelle équipe est gagnante ? J'ai vraiment cru rêver toute la journée, suspendu à mon transistor, à entendre de telles débilités !

Eug`ene_Delacroix_-_La_liberte_guidant_le_peuple.jpgMais sur le fond ? Ces sifflets, quand-même... Eh ! bien, je vais te dire, je ne suis pas sûr que ces sifflets soient un problème. Bien sûr selon l'idée que l'on se fait d'un hymne, selon qu'on a connu la guerre, l'occupation, ce symbole peut avoir valeur d'intouchable. Et quand on a le goût du sport, la notion de respect à l'adversaire peut, doit être une règle essentielle, indépassable...

Mais pour ces jeunes d'octobre 2008, comme pour ceux d'octobre 2001, siffler n'est-il pas surtout une manière de s'affirmer ? Dans un stade, tout est interdit, et tout est contrôlable. On n'y introduit pas d'arme, pas d'objet contondant, pas de bouffe ni de boisson, pas d'opinel. Même un cure-dent se ferait repérer. On n'y introduit plus de banderole. A l'entrée du stade, des men in blacks fouillent tout, aucun sac ne rentre sans avoir été ouvert et vérifié. On s'assure même que tu n'es pas sur une liste de "personnes interdites de stade". Et c'est très bien comme ça, les hooligans, on en a soupé ! Mais les sifflets, comment interdire des sifflets d'entrer dans un stade ? En coupant des langues ?

Bien sûr, on peut disserter sur l'incivisme, mais va plutôt jeter un œil sur le blog d'Anydris pour voir quelle gueule il a, l'incivisme, le vrai, la violence qu'il recouvre, la peur qu'il entretient. Ou bien interrogeons nous sur l'incivisme des exilés fiscaux, des patrons qui délocalisent, des banquiers qui s'offrent des parachutes dorés... Mais là, franchement, si on n'est pas dans un registre bon-enfant, on est simplement au cirque !

Tu as des jeunes, toujours humiliés, toujours discriminés, toujours stigmatisés, qui ont un pays mais qui portent en eux sans l'avoir jamais blanc mesnil jeune.jpgchoisi deux identités qui les laissent l'une et l'autre en souffrance, qui ont l'opportunité de se retrouver tous ensemble dans une teuf géante, dans un événement qu'ils vivent comme le leur, par un simple souffle entre la langue et le palais ils ont la possibilité de manifester, de se faire entendre, d'affirmer, de s'affirmer... Mais bien-sûr qu'ils la saisissent.

D'où donc pourraient-ils avoir cette docilité béate, idiote, de rester dans le rang ? Par respect de quoi, de qui ? Gardez la tête froide, messieurs ! Vous aviez mieux à faire à quelques heures d'un sommet européen que l'on disait décisif pour remettre l'économie du monde sur ses rails...

Des fois, c'est con que le ridicule ne tue pas !

Commentaires

Je fais partie de ceux qui pensent que siffler la marseillaise n'est pas une chose bien. Pas par patriotisme exacerbé, non. Mais parce qu'elle est un symbole tout simplement. Comme quand quelqu'un crache sur ta boîte aux lettres, ça peut signifier qu'elle ne t'aime pas, la personne.
Après, à mon avis humble, peu importe qui la siffle. L'important est de savoir pourquoi et je n'ai entendu personne se poser la question.
Tu es bien placé pour le savoir, imagine qu'on ait simplement cassé le thermomètre pour ne plus voir la fièvre... :)

Écrit par : Olivier Autissier | 16 octobre 2008

J'ai grandi sur les terrains de foot avec un père entraîneur d'une équipe de foot et une mère déléguée aux arbitres ! Le Parc des Princes était pour nous, une sortie au même titre que le Cinéma. J'ai du emmener une seule fois ma fille de 20 ans au Parc et mon fils de 10 ans pas une seule...d'ailleurs c'est promis, ce sera d'abord le Stade de France. Mais quand ??? Quand je n'aurai plus peur de cette foule qu'avant j'appelais Supporters mais qui aujourd'hui me fait penser aux émeutiers de Cité, à la Gare du Nord assiégée ? A ces jeunes de ma banlieue, supporters du PSG (comme moi enfant), qui me racontent aujourd'hui que l'ambiance du Parc c'est quand tout le monde s'insulte et se frappe ! Et qui trouvent normal de cracher et de lancer des rouleaux de pièces sur tel ou tel joueur ? Alors oui, siffler la Marseillaise ce n'est pas bien, c'est scandaleux. Imaginez un instant qu'on siffle l'Hymne de la Tunisie, du Maroc ou de l'Algérie ! Alors quelles excuses vous trouveriez à ces « supporters » là ?? J'en ai marre de la Victimisation de la Banlieue, du jeune d'origine...En banlieue, on fait les mêmes conneries qu'ailleurs sauf qu'ici on trouve des excuses à tout le monde. Merde aux laxisme et aux c... molles !
Kro. Vive le Sport ! Vive l'Education !

Écrit par : K.ro | 16 octobre 2008

Dans ce contexte-là, l'Etat français au fil des ans s'est conduit comme un parent injuste, schizophrène et incapable/refusant de gérer des enfants venus d'ailleurs (ou dont les parents sont venus d'ailleurs) qui avaient besoin d'un traitement et d'une considération différents des enfants du pays. Il ne s'est pas donné les moyens, il n'a même pas essayé de se donner les moyens de se faire respecter (on se fait respecter en étant autoritaire, juste, responsable). Il paie le prix, et moins cher que ces enfants qui sifflent. En fait nous payons tous le prix : quand il y a deux traitements différents dans une même famille, toute la famille souffre. Maintenant, il faut assumer, la vie continue, ça va passer. Ce n'est ni la première, ni la dernière injustice d'Etat.

Écrit par : Ninon | 16 octobre 2008

AI-je loupé quelque chose ? Ou bien effectivement personne n'a posé la question qui me semble essentielle : Pourquoi les hymnes nationaux dans un stade ?
Sport de compétition et nationalisme ne peuvent pas faire bon ménage. Et il me semble que cela ne peut induire que le chauvinisme.
Que l'on invente un hymne à la gloire du sport mondial et qui salut l'amitié entre les peuples. La question ne se posera plus.
Pour ma part, je suis toujours choqué ou pour le moins gêné, quand j'entends l'hymne au moment de la remise des médailles. Ce n'est pas tel ou tel pays qui a gagné. Mais tel ou tel athlète. Pourquoi personne ne le dit ?
Maintenant, quant à l'affaire du jour. Ces jeunes qui ont sifflé, (puisque tout le monde semble affirmer qu'il s'agit de jeunes...), ces jeunes donc, seraient peut-être les premiers à faire des actes héroïques si la Nation était en danger. Et les bofs choqués et outrés pourraient bien être parmi les collaborateurs... Peut-être l'inverse. Ce qui se passe dans un stade, dans ce qui pourrait et devrait être une énorme "teuf" n'a aucune signification. AUCUNE.
Et là, les politiques ne font rien d'autre que de déclarer la guerre à leur jeunesse. Tout le monde y perdra.
Tout le monde. La vie aussi. Personne ne le dit, mais tout le monde le sait : la prochaine étape est une bavure policière, lorsqu'il faudra vider un stade.
Ou une grosse reculade. Ce que je souhaite personnellement.

Écrit par : Boby | 16 octobre 2008

Merci Oh.
Tu dis bien ce que je pense.
Les réactions qui ont suivi, et la bêtise crasse étalée à coup de mines scandalisées et hypocrites consternations, sont bien plus toxiques que ces fameux sifflets...
Comment parler de blasphème à des non croyants ?
Siffler était juste provoquer, parce que ça déclenche davantage de petits cris horrifiés que de montrer son cul, c'est comme ça.
Le bon citoyen garde des symboles, des icones, pour se sentir appartenir à quelque chose, mais ça fait des générations qu'il en a perdu le sens. La Marseillaise est un chant de guerre, et c'est très bien, mais ils sont où les guerriers ? Qui lutte contre l'injustice ? La majorité parlementaire ?
Pauvre Marseillaise, cocufiée avant les stades.
De toutes façon, je me demande si c'est pas la chanteuse qu'ils sifflaient, ces petites racailles :D

Écrit par : bénédicte | 16 octobre 2008

C'est pas juste le foot, qu'il faudrait interdire ?

Écrit par : manu | 16 octobre 2008

-> Olivier Autissier -> C'est symbole contre symbole, je crois. Moi aussi elle me parle La Marseillaise. Et d'abord parce qu'avant d'être un chant patriotique, elle est un chant révolutionnaire. Elle a une histoire. La Marseillaise dans une enceinte sportive veut être le symbole de la communion d'une nation autour de son sportif, ou de son équipe. J'en ai eu déjà des frissons, quand associée aux larmes d'un athlète elle dit le bonheur d'une réussite.
J'entends dans les sifflets un autre symbole, qui ne mange pas beaucoup plus de pain, celui de mômes qui veulent crier au monde qu'ils reprochent à leur pays de ne s'être jamais occupé d'eux, qui lui disent : vous nous traiter différemment, eh! bien, on assume d'être différents. Je trouve qu'ils l'ont fait de façon gentillette ;
-> K.ro -> D'abord merci de ton passage et de ton commentaire. Moi aussi, j'ai grandi en banlieue. Jusqu'à l'âge de 13 ans. Puis j'y suis retourné, entre l'âge de 24 et de 30 ans. Entre autres, je m'y suis occupé des quartiers à travers une organisation de jeunesse. Mais là n'est pas mon propos. Je partage surtout une chose dans ton commentaire : c'est ta conclusions : "vive l'éducation". Je crois en effet que c'est là que se construisent les vertus du civisme, pas dans la répression, pas dans la rétorsion. C'est là que se transmettent les valeurs, et leur hiérarchie. Et s'il faut enseigner ce que représente un hymne, il faut surtout enseigner, au sens de transmettre, ce que représente un être humain, ce que veut dire le respect. Je préfère un môme qui s'éclate cinq minutes avec ses potes à siffler La Marseillaise mais qui a du respect pour ses copains, pour les filles, qu'un conservateurs coincé que ces sifflets horrifient mais qui se contrefiche de la réalité de la vie des gens.
Tu sais, je n'étais pas au stade mardi, hôpital oblige, mais j'y étais en 2001. Et je peux t'assurer que malgré cette innommable connerie de l'invasion du stade qui empêcha la fin de la rencontre, c'était d'un calme incroyable tout autour du stade à l'heure de la fermeture. Rien à voir avec les comportements que tu évoques de la part de certains supporters du PSG au Parc ;
-> Ninon -> L'"Etat comme un parent schizophrène", l'expression est assez juste. Quand tu n'as pas donné à un môme l'occasion d'adhérer à un projet, de s'y reconnaître, comment ensuite lui reprocher de s'en détourner ?
-> Boby -> Si, quelqu'un en a parlé hier, de cette hypothèse de suppression des hymnes dans les enceintes sportives : Claude Bartolone, le nouveau président socialiste du conseil général de la Seine-saint-denis. Pas pour les mêmes raisons que toi. Lui, il disait : "on n'offre pas un hymne national à des gens qui ne le méritent pas". J'ai trouvé cette réaction totalement déplacée...
Autrement, moi, ça ne me déplait pas, des hymnes, quand il s'agit de rencontres de sélections nationales. Ou alors on va jusqu'au bout, on considère que la notion de nation même est dépassée, et on supprime les matchs internationaux, et seules les logiques de club subsistent ?
Je suis totalement d'accord avec toi, ce que le gouvernement vient d'annoncer hier n'est ni plus ni moins que la guerre à la jeunesse. Et il n'en est pas à son coup d'essai ;
-> bénédicte -> J'adore les mots avec lesquels tu parles de cette affaire. Cela dit, je le leur suggèrerais bien, moi, à ces jeunes, la prochaine fois : au lieu de siffler, MONTREZ-LEUR VOS CULS !
Sur ta thèse de la chanteuse sifflée, j'ai trouvé ça : http://fr.youtube.com/watch?v=XYDDhKlZCqQ
-> manu -> Provocateur chauvin ! Et ton fils alors...

Écrit par : Oh!91 | 16 octobre 2008

Désaccord donc. Petit, j'espère.
Je ne considère pas que la notion de Nation est déplacée. Au contraire.
Mais elle n'est pas à sa place dans le sport.
Visiblement, je n'ai pas su dire la différence.
Il est vrai que je suis si peu amateur de sport...
Pourtant, je maintiens. Le rugby, par exemple, que je connais un peu plus. Pourquoi le Tournoi des Six Nations ? Ne pourrait-il pas y avoir une autre terminologie ? Certaines années, il m'est arrivé de préférer la sélection anglaise, ou irlandaise.
Et je ne me considère pas moins français que quiconque.

Écrit par : Boby | 16 octobre 2008

Boby l'a évoqué, et je pense aussi que si un jour il fallait évacuer le Parc des Princes ou le Stade de France, et bien tout flic sain d'esprit poserait une permission ce jour-là. O_o
C'est du pur délire d'imaginer que ça puisse bien se passer.
Et puis c'est tellement bêtement autoritaire de sanctionner une foule à cause d'une poignée de fouteurs de trouble, que je me dis que c'est incompréhensible que cette conférence au sommet du football n'ait accouché que de cette idée aussi absurde et insensée.
A moins qu'il ne s'agisse de souhaiter des émeutes autour des stades, et d'embrayer sur des dispositions plus radicales, allez savoir...

Écrit par : bénédicte | 16 octobre 2008

-> Boby -> Pourquoi le tournoi des six nations ? Parce que les nations ont un sens, sans doute, même dans le sport. On peut voir, dans les grands élans populaires autour d'une équipe nationale, du nationalisme, on peut y voir aussi un besoin de communion, comme en 98, la nécessité de se trouver des éléments de fierté auxquels se raccrocher. Comme ces jeunes qui, à l'occasion d'une rencontre contre la Tunisie, ont vue une occasion d'être fiers d'être rebeux. Alors que le reste du temps, c'est une tare...
-> bénédicte -> J'imagine bien aussi ce que pourrait donner un ordre d'évacuation d'un stade en furie... Même bien conçu comme le stade de France, je n'ose même pas imaginer les conséquences... Mais bon, les viloences urbaines et les émeutes n'ont pas nuit à tout le monde, y'en a qui s'en souviennent... allez savoir (autrement, j'ai corrigé ta petite bourde, ça fait plus propre...)

Écrit par : Oh!91 | 16 octobre 2008

Tiens, voilà la version de la marseillaise qui me coupe le sifflet
http://www.newyorcoeur.com/homenyc.php
Si ils me chantent celle-ci, alors je veux bien commencer à entrer sur un stade, même si ce n'est pas mon grand qui joue ;-)

Écrit par : féekabossée | 16 octobre 2008

Pas grand chose à ajouter, sinon que le traitement info m'a considérablement énervé - pour rester poli.

Par exemple, celui de F2, ici :

http://sagephilippe.20minutes-blogs.fr/archive/2008/10/15/lucet-c-est-tromper.html

Désolé, c'est pas dans mes habitudes de laisser des liens, genre autopromo, mais y'a un moment où : merde !

Porte-toi bien ..

Écrit par : Philippe Sage | 17 octobre 2008

-> féekabossée -> Excellent ! Cela dit, t'es pas prête d'entrer sur un stade, même si c'est ton grand qui joue...
-> Philippe Sage -> Merci de ton passage. J'ai ajouté dans ma note un lien vers ton billet sur le traitement de cette affaire par les médias, je l'ai trouvé excellent, surtout que de mon lit d'hôpital, je m'en suis avalé, des médias...

Écrit par : Oh!91 | 17 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.