Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 octobre 2008

appelez-moi Nosocomial

MaleNude288.jpg

C'est donc du petit lit blanc de ma chambre d'hôpital, où l'on m'a mis à l'isolement, que j'ai écrit ce billet et que je l'ai posté, profitant d'une courte éclaircie dans le ciel wifiesque tourmenté des alentours.

Sais-tu quelque chose de ces maladies nosocomiales, dont on nous rebat les oreilles ? Oui, certes, qu'on les attrappe à l'hôpital, mais encore ? Eh! bien, moi, je sais, je l'ai appris à mes dépends ces jours-ci. Non que j'en ai été la victime, mais parce que j'en suis devenu l'agent infectieux. Aaaaaaaaarghhhhhh ! Ca fait peur, hein ?

Qui suis-je donc ?

Je suis une bactérie découverte il y a trente-quatre ans, qui répond au doux nom de clostridium difficile (prononcer "difficilé", c'est du latin !). Je prospère parmi quelques camarades d'intestin chez presque un individu sur vingt, sans déranger personne. L'harmonie règne en général dans cette jungle digestive. J'adore les milieux tropicaux humides autour de 37°.

Moi, j'étais chez un pauvre bougre qui ne demandait rien à personne. Depuis très longtemps, peut-être. Seulement voilà, il s'est chopé une angine il y a à peine quinze jours. Oh!91, qu'il se fait appeler... Les angines, ça, j'adore, surtout quand elles donnent un flegmon de l'amygdale. Antibiotiques assurées ! et pas n'importe quelles antibio, parce qu'on on ne rigole pas avec les flegmons... L'augmentin, large spectre, l'idéal, ça fusille tout le monde, toute la flore intestinale. Toute ? Non. Car un petit germe résiste encore et toujours à ces envahisseurs : moi. Et alors là, c'est Byzance, tout le terrain passé au défoliant, je l'ai pour moi tout seul, l'intestin était un refuge, il devient un paradis, je prolifère, et je prolifère, et je fais des galipettes, et je me multiplie encore et encore. On ne me reconnaîtrait pas. Pathogène, il paraît que je deviens alors.

Je m'amuse à filer des coliques à mon patron, quelques crampes d'estomac (ça, j'adore, ça le fait hurler de la mort !...), je lui fais monter la fièvre, et je me marre chaque fois qu'il me balance un doliprane. Je peux même aller jusqu'à perforer des côlons, et là, crois moi, c'est la fin des haricots.

Là où je suis vicelard, c'est que si on me sort de mon milieu naturel, genre évacuation d'urgence via une diarhée carabinée, je me transforme en spores, et je peux survivre à sec pendant des jours et des jours, je me dépose sur les sols, sur les poignées de porte... jusqu'à ce que je sois ingéré par un individu étourdi, que je retrouve un intestin, et que je puisse recommencer ma vie ailleurs.

C'est d'ailleurs pour ça qu'on me trouve surtout dans les hôpitaux, et dans les maisons de retraite.

s_infectrl.jpgSeulement voilà. Si un médecin me reconnaît, là, c'est moi qui fais la tronche : expédition aux urgences, mise sous perf, antibiotique ciblé sur ma personne, pendant quinze jours au moins histoire que je ne relève pas la tête. Et pendant ce temps-là, le bonhomme : il ne doit voir personne. Du moins pas sans gant et sans masque. Eau de javel et bétadine à chaque contact, même mes spores n'y survivent pas. Et puis avec toutes ces campagnes contre les maladies nosocomiales, ils ne prennent pas la question à la légère !...

Bon, là, Oh!91, il va déjà mieux, et c'est moi qui suis à la peine. On lui a même enlevé sa perf hier, il n'a plus de fièvre, plus de coliques. Il est juste enfermé dans sa chambre comme un lion en cage. Il y est seul, en plus - être contagieux n'a pas que des inconvénients. Il a même eu du bol d'arriver à capter un hotspot wifi, précaire mais quand-même, pour ne pas être coupé du monde. Parce que si je suis malin, les ondes, je n'ai pas encore réussi à les choper...

Donc je crois qu'en définitive, je vais bientôt te le rendre à la vraie vie. Et tant pis pour ma pomme !

Commentaires

Bon courage et bon rétablissement.
@+

Écrit par : Tarnouille | 12 octobre 2008

Euh... Tu es sûr que ta fièvre est tombée ? Parce que tu fais parler ton germe, là...
Bougrenette, occupe toi vite de son transfert en psychiatrie ! ;-)

Écrit par : M. | 12 octobre 2008

-> Tarnouille -> Bienvenue et merci. Bravo pour l'initiative sur la distribution systématique des annuaires...
-> M. -> Et si le germe il a des choses à dire, alors ! Pourquoi ils auraient jamais le droit de parler, les germes, hein ?!? Bougrenette, la pauvre, elle pourra pas faire grand chose pour moi aujourd'hui de toute façon, elle saute en parachute ! C'est peut-être de son transfert à elle, qu'il va falloir qu'on s'occupe (bise à elle, en attendant - et à toi...)

Écrit par : Oh!91 | 12 octobre 2008

Donc, si tu as une angine, tu te mets à faire de la bactériologie... t'es zarb comme type, toi ! O_o

Prends soin de toi, et sors vite de là !
Bizoux :o)

Écrit par : bénédicte | 12 octobre 2008

-> bénédicte -> C'est parce que l'hosto, ça laisse du temps, c'est comme la prison. Attends que je me fasse arrêter par un flic, je me mets illico à la criminologie... C'est sympa de faire signe.

Écrit par : Oh!91 | 12 octobre 2008

Oh là là ! Pauvre Olivier, je ne m'attendais pas à ça en venant te voir !

Ce qui est chouette c'est que tu sembles prendre les choses avec humour, après coup :))
Ton germe en est presque sympathique !

Bon courage et bon rétablissement.

Écrit par : Zoridae | 12 octobre 2008

-> zoridae -> c'est à dire qu'un germe en phase terminale est en effet... fort sympathique. J'ai mon rétablissement en main, quant à la levée d'écrou, j'espère qu'elle sera prononcée demain. Ce n'est pas que je m'ennuie, mais quatre mûrs, fussent-ils ornés d'une télé et de quelques fleurs, ce sont quatre mûrs... merci de ton soutien.
Et encore, ce soir je m'offre une séquence longue et ininterrompue d'Internet (merci Neuf...!)

Écrit par : Oh!91 | 12 octobre 2008

Donc tu sors demain. Tant mieux pour toi.
Tu es un original toi hein ?
Bon rétablissement Olivier.
Je t'embrasse.

Écrit par : Fauvette | 12 octobre 2008

mOUI ca fait de la buée sur mes lunettes le masque :-)
Et il fait chaud sous la blouse, et les gants ils collent
et même pas le droit au bisou
c'est injuste, mais ca fera un souvenir !
je vais le faire ici le bisou
voila

Écrit par : Bougrenette | 12 octobre 2008

Fait peu commun, c'est Jean-Michel qui m'a appris.
Que dire ? Sinon faire des bises, plein :)

Écrit par : Olivier Autissier | 12 octobre 2008

Oui, des bises.
J'apprends, là. Et ça fait un choc.
Bon des murs... C'est pas pour dire, mais la tôle, c'est quand même un chouilla plus...
Mais si tu as besoin d'une petite convalescence dans un pays tempéré...
Bisous. Bon courage.

Écrit par : Boby | 12 octobre 2008

Tu modères tes comms maintenant ??
Ou mon message est perdu ?

Écrit par : Boby | 12 octobre 2008

Et ben voilà! si tu avais écouté ton saoûlopathe rien de tout cela ne serait arrivé!
Blague à part ça a l'air l'horreur ton truc, alors que le jeu "Spore" fait péter (si j'ose dire!) le box office des jeux vidéos... t'es trop tendance en fait!
Prompt rétablissement my dear! xx

Écrit par : Fab | 13 octobre 2008

-> Fauvette -> Houla ! pas si vite, je préfère ne pas vendre la peau de l'ours. Mais en effet, vu comment je me sens, je vois mal comment ils pourraient me garder. Bisous ;
-> Bougrenette -> Ah ! les gants qui collent, je comprends... Le latex et moi, on n'a jamais été de super grand copains, on se supporte, c'est tout, et encore... Bises aériennes ;
-> Olivier Autissier -> C'est parce qu'il est adorable, et que tes dimanche sont très occupés. Bises à vous deux aussi ;
-> Boby -> Bah ! évidemment, si la taule était comme l'hôpital d'Arpajon, ça se saurait. Mais enfin, heureusement que je ne suis pas fumeur, parce que l'interdiction absolue de sortir se serait mal combinée avec l'interdiction absolue de fumer. Autrement, je ne modère rien, mais Hautetfort s'offre parfois des petits caprices et diffère les diffusions. Va savoir pourquoi ;
-> Fab -> Elle va être contente ma boss de savoir que j'ai chopé un germe top tendance... Si j'avais su, je me serais entouré des services de mon saoûlothérapeute, c'est sûr. With love.

Écrit par : Oh!91 | 13 octobre 2008

On dirait moi sur un ring ton truc difficilé.

Tout ça pour dire qu'il faut réfléchir deux fois avant de prendre des antibiotiks.

Écrit par : wajdi | 13 octobre 2008

-> wajdi -> en tout cas, je réalise que dés qu'on commence à introduire en soi un élément chimique extérieur qui vient bousculer les équilibres en place, ça ne s'arrête plus, comme un effet domino. Et je parle pas de la peau qui commence à desquamer, à cause du médoc ou de la déshydratation, des remontées acides, des tendinites... bref, le mieux, c'est quand même de trouver en soi les forces pour combattre ces saloperies, parce que quand les antibiotiques ou autres deviennent inévitables, le grain de sable est dans la machine. Bises (eh! fais gaffe, si on dirait toi, le C difficilé, t'es en train de perdre le combat)

Écrit par : Oh!91 | 13 octobre 2008

Bon sang, c'est pire qu'Alien ton truc ! :-(

Le machin tout sec qui attend pour revivre... bon visiblement, tu es indestructible ! Remets-toi bien.

Écrit par : balmeyer | 13 octobre 2008

Bon, j'ai failli culpabiliser, mais finalement je ne regrette pas de t'aimer de loin en ce moment ;)

Écrit par : Fiso | 13 octobre 2008

Ben oui, jamais 2 sans 3, je viens de lire ton blog-it ... Boug' t'a refilé son germe des phrasés sans queu ni tête ?

Écrit par : Fiso | 13 octobre 2008

-> balmeyer -> en tout cas, s'il n'a été découvert qu'en 74, ce germe, il existe depuis la nuit des temps, pire qu'Alien, en effet. Et même qu'en 2003 ils en ont mis à jour une souche des plus virulentes. Brrrrrrr !
-> Fiso -> Ben non, plus que deux, puisque j'ai corrigé ton "loin". D'abord, si y'a pas beaucoup de queue, y'a beaucoup de tête dans les billets de Bougrenette. Mais celui là, je l'ai écrit comme une strophe supplémentaire au billet "fracas" de michel giliberti (http://www.michelgiliberti.com/article-23427679.html)... laissé en commentaire sur son blog, et repris ici parce que y'a pas de raison. D'ailleurs, je le reproduit là, parce que blog-it, c'est éphémère :

Se trouver nu devant un mur
avec en soi la faille du monde
et puis succomber au murmure des ombres
transpercer la vie et happer la mort
et laisser filer sous ses ongles
quelques draps blancs et ton fracas

Écrit par : Oh!91 | 13 octobre 2008

Oh! la saleté de germe ! Remarque , comme ça tu nous en apprends des choses ; ) Te voilà donc presque sorti d'affaire !! Tu m'en vois ravie !! Prend bien soin de toi !!! Gros bisous !

Écrit par : manue | 13 octobre 2008

-> manue -> et crois moi, il vaut mieux l'apprendre par un blog que par l'intestin... Je crois être sorti d'affaire, en effet, mais... ils me gardent jusqu'à vendredi quand-même ! Va comprendre, il paraît que les risques de rechute sont trop sérieux... Merci de ton soutien...

Écrit par : Oh!91 | 13 octobre 2008

Ah comme me le disait une vieille copine, j'ai choppé une petite angine, j'aurai plutôt préféré un gros angin !!! (lol)
Dans ton cas, il ne s'agit pas vraiment d'une maladie nosocomiale, mais d'une destruction massive de ta flore intestinale due à l'absorbtion d'antibiotiques pour soigner ton angine, qui comme tout le monde le sait, est le plus souvent d'origine virale, mais de temps en temps d'origine microbienne, d'où l'utilisation d'antibiotiques prescrits par ton médecin.
Tu aurais pu avoir le même problème en soignant n'importe quel maladie avec le même type de médicament.
Bon rétablissement à toi.

Jean Michel

Écrit par : Jean Michel | 14 octobre 2008

-> Jean-Michel -> ben en fait, je suis pile poil comme ta vieille copine. Merci d'expliquer les choses plus clairement : je ne suis en effet pas VICTIME d'une contamination nosocomiale, mais je suis à l'isolement dans ma chambre d'hôpital pour ne pas en être A L'ORIGINE. C'est sympa de laisser un p'tit message, ça fait chaud au cœur.

Écrit par : Oh!91 | 14 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.