Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 octobre 2008

les milliards n'ont pas tous la même odeur

 

paulsonreub300.jpg

En septembre 2002, j'étais à Johannesburg pour le "sommet de la terre". C'est là qu'un certain Jacques Chirac dit "la maison brûle, mais nous regardons ailleurs". On estimait que 1 milliard cent millions d'êtres humains n'avaient pas accès à une eau de qualité, et 2 milliards six cent millions à un système d'assainissement approprié. On évaluait à 11 milliards de dollars par an pendant 10 ans le coût des investissements à consentir pour résoudre ce problème. On se demandait comment financer un tel programme. On fit la promotion des partenariats public-privé, on invita les Etats à privatiser la gestion de l'eau, à faire confiance aux grandes sociétés multinationales, détentrices de l'expertise et des savoir-faire.

Six ans sont passés. Dans les instances internationales, ça débat encore de savoir comment lever les fonds pour financer l'accès de tous à l'eau. mars2007_eau.jpgDeux Forums mondiaux de l'eau se sont tenus, à Kyoto puis à Mexico. On en est revenu des partenariats public-privé, SUEZ et VEOLIA se sont fait bouter hors de plusieurs villes d'Amérique latine, souvent par des insurrections populaires à cause de l'inflation sur les factures d'eau. On prône l'action locale, on parle gouvernance, le nombre de personnes sans accès à l'eau potable est passé à 1 milliard six cent millions. 30.000 d'entre elles en meurent chaque jour, dont 8.000 enfants.

Aujourd'hui en Amérique, la Chambre des représentants devrait voter, après le Sénat, le plan Paulson pour la sauvegarde du système bancaire américain : 700 milliards de dollars. L'Europe de son côté s'avance vers un plan de sécurité de 300 milliards d'euros. En quelques jours, le capitalisme a cramé pour ses banques dix fois ce que l'eau pour la vie réclamait sur dix ans.

Pardon pour les chiffres. Mais si ça, c'est pas d'avantage à gerber que les glaviots de mon billet d'hier... Et si t'en veux d'autres, des chiffres, Nicolas consacre son avis du jour aux 22 milliards d'euros destinés à relancer l'économie française.

Commentaires

Tiens ! Moi aussi je diffuse des chiffres ce matin ! Bon. Je reprends ton billet sur l'annexe chez 20 minutes.

Écrit par : Nicolas J | 03 octobre 2008

Interessant de remettre les choses dans une certaine perspective. A force de voir voler des chiffres avec de plus en plus de 0 au bout, ils finissent par ne plus avoir aucun sens. Et tout ça passe comme une lettre à la poste ...euh, il faut peut être que je choisisse une autre expression, là

Écrit par : Gat | 03 octobre 2008

-> Nicolas J -> C'est sûr, c'est pas très sexe, les chiffres. Mais les faits sont têtus ;
-> Gat -> C'est un peu le talent propre des chiffres : en jeter plein la vue, atteindre des proportions insondables, banaliser les situations, paralyser... ça fait dix jours qu'on entend parler des 700 milliards du plan Paulson, et à force de les entendre, on perdait de vue ce qu'ils représentaient, c'est pour ça que j'ai voulu les mettre en regard avec d'autres chiffres, ceux de la pauvreté, ça parle autrement. Va pour la lettre à la poste !...

Écrit par : Oh!91 | 03 octobre 2008

Ah oui mais tu oublies une chose : les 700 milliards américains, et les 300 européens, ce sont des investissements qui sont censés, non seulement, sauver notre système bancaire à court terme, mais aussi RAPPORTER à long terme.... Rapporter quoi ? la pérennité de notre absurde système économique basé sur la Bourse, qui se casse la gueule de façon récurrente.
11 milliards de dollars par an pendant 10 ans pour aider des populations du Tiers Monde à boire, ça rapporte quoi, ça ? Encore des miséreux que l'on va aisder à survivre, et qu'après il faudra penser à les faire bouffer et à les faire soigner... Aucune rentabilité dans ce plan là...
Eh oui... Je suis cynique pour cacher ma honte à moi aussi....

Écrit par : Lancelot | 05 octobre 2008

-> lancelot -> Oh! là là, je sais bien qu'ils retomberont sur leurs pieds ! Ils retombent toujours sur leurs pieds, ils ont les idéologues, pour ça. Tu n'es pas cynique, tu es caustique. Aller donner à boire à la planète entière pour 11 milliards par an, ça n'intéresse personne. Mais les multinationales de l'eau avaient une autre règle à calcul, et elles avaient chiffré à 80 milliards par an les investissements nécessaires. A condition qu'elles rafflent la mise, elles s'occupaient de tout. Si c'est moi qui me récupère les aides au développement, alors ça m'intéresse. C'est eux qui sont cyniques.

Écrit par : Oh!91 | 06 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.