Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2008

Malalaï, Schaima, Friba, Mehbooba et les autres

hidden_half_02_580x385.jpg

Elle s'appelait Malalaï Kakar, elle était policier en Afghanistan. D'après Reuter, elle a été tuée avant-hier au petit matin devant son domicile à Kandahar, bastion des talibans.

Malalaï Kakar, âgée de près de 40 ans, était mère de six enfants. Elle avait le grade de capitaine et dirigeait le département des crimes contre les femmes de la police de Kandahar, la grande ville du sud du pays et berceau des talibans, qui l'avaient menacé à plusieurs reprises.

Fille et soeur de policier, engagée dans la police à la fin des années 80, Malalaï Kakar avait fui le pays à l'arrivée au pouvoir des talibans, avant de reprendre ses fonctions à la chute de leur régime fin 2001. J'en connais une que cette histoire ne pourra donc pas laisser indifférente.

Malalaï avait renoncé à porter la burqa il y a deux ans. Mais elle ne se déplaçait jamais sans son arme et toujours en compagnie d'un homme _40488491_malalai203.jpgde sa famille.

Quelque 720 policiers ont été tués au cours des six derniers mois, selon le ministère de l'Intérieur.

Depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir à la fin 2001, les talibans ont lancé une insurrection meurtrière et depuis près de deux ans les violences ont redoublé d'intensité malgré la présence de 70.000 soldats des forces multinationales.

Il y a en Afghanistan pour les femmes, d'autres façons de se battre, et d'autres façons de mourir.

r3559068615.jpgShaima Rezayee, ancienne présentatrice de télévision, avait été abattue à Kaboul le 18 mai 2005. Elle avait été la première personnalité médiatique assassinée en Afghanistan à cause de son activité professionnelle depuis la fin de la guerre en 2001. Shaima Rezayee avait été licenciée quelques semaines auparavant, après que le Conseil des Oulémas ait accusé son programme musical d’être anti-islamique et son comportement à l’écran trop libre.

Sa propre soeur, Friba Rezayee, jeune judoka qui avait participé aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004, dut partir se réfugier au Pakistan après cet assassinat, on est sans nouvelle d'elle aujourd'hui.

La situation s'est tellement dégradée, que pour les Jeux de Pékin, la jeune coureuse afghane de 19 ans, seule femme de sa délégation, Mehbooba Andyar s'est enfui d'un camp d'entrainement en Italie au début du mois de juillet, avant même le début de la compétition, suite à des menaces de la part d'extrémistes musulmans. Courant pourtant en survêtement ample et avec un voile, la jeune fille n'a, du coup, pas participé aux épreuves des 800 et 1500 mètres, comme cela était prévu, et a laissé sa délégation nationale sans femme - un recul par rapport à 2004. Selon certaines sources, elle aurait demandé l'asile politique à la Norvège.

Voilà.

En Afghanistan, on a de jeunes soldats français qui y meurent, parce que notre président a décidé d'y jouer les zoro. Mais on laisse la désespérence s'installer, la condition des femmes reculer, on déroule le tapi rouge aux talibans, en somme, pour leur assurer un retour triomphal. La schyzophrénie ne fait peur ni aux politiques, ni aux diplomates.

Heureusement, l'Asie, ce n'est pas que cela. Les droits des femmes y progressent parfois, comme en Inde où Céleste nous livrait l'autre jour ce bel épilogue judiciaire à une histoire douloureuse.

Et j'évoquais il y a quelques mois huit femmes dont la figure combattante a marqué ma vie. Toutes n'ont pas été assassinées.

Commentaires

Tu as raison de nous rappeler où ce situe le Vrai combat, c'est celui de ces femmes courageuses se battent et mettent leur vie en danger pour toutes les femmes .. Car ce combat nous concerne toutes et tous.. Pas pour la frime mais pour la vraie liberté ...
la liberté d'expression , les droits de l'homme dans leur ensemble..
merci Olivier...

Écrit par : christie | 30 septembre 2008

La pauvre collègue afghane...

C'est bien Olivier que tu nous rappelles tous ces noms, tous ces faits, que les médias ne retiennent pas. Et ce sont pourtant eux qui, le mieux, racontent le sale état du monde.

Et quand on parle de l'Afghanistan, j'ai toujours à l'esprit les protections et indulgences dont ont bénéficié les Talibans de la part des USA...

Écrit par : bénédicte | 30 septembre 2008

Le sort des femmes afghanes est terrible.

Tu fais bien de le rappeler.

et finalement, nous, français, européens sommes complices par le choix de nos dirigeants.

merci de rappeler l'histoire de Sini.

l'Inde fait partie des pays qui me permettent d'avoir une vision de l'avenir moins sombre.

Écrit par : céleste | 30 septembre 2008

-> Christie -> je note ta majuscule, pour parler du Vrai. En matière de combat, quand les femmes sont oubliées, je crois que c'est perdu d'avance. Et quand les femmes sont au front, c'est souvent une belle garantie qu'il ne sera pas dévoyé ;
-> bénédicte -> tu as vu aussi la petite vidéo à gauche, dans la rubrique "dit autrement". C'est émouvant, je trouve, de la voir travailler au quotidien, porter sur ses épaules ce que tu appellerais toi, ramené à notre univers, le monde de la rue ;
-> céleste -> Il y a de la complicité, oui. Mais je me souviens aussi qu'en 2000 ou en 2001, quand tout le monde s'émouvait de la destruction des Boudhas géants par les Talibans, il y eut aussi un sursaut populaire, au moins chez les intellectuels, pour se dire que le sort concret des femmes d'aujourd'hui ne pouvait pas être moins digne d'intérêt que celui d'un patrimoine de pierre ancien.

Écrit par : Oh!91 | 30 septembre 2008

Je voulais faire une note à son sujet, mais je me suis abstenu car ke savais que tu allais en faire une et tu racontes les gens tellement mieux que moi... donc je te remercie !

Écrit par : anydris | 01 octobre 2008

-> anydris -> au moins, à défaut d'une note, t'aura fait un commentaire. Tiens, t'es le seul mec, d'ailleurs... Ah!, quand il s'agit de parler du combat des femmes... Merci à toi.

Écrit par : Oh!91 | 01 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.