Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 septembre 2008

قبل كل شيء

vlcsnap4603743ss3.png

... قبل كل شيء

Avant toute chose, je ne suis pas en train de virer mystique. Mais quelques événements hasardeux me ramènent ces temps-ci vers mes premières amours arabophiles : le contexte d'un mois de ramadan finissant, ma petite visite au hammam de la Mosquée dimanche dernier, ou quelques jours avant au sauna mauresque le Ryad, ou encore le souvenir d'Oum Kalthoum l'autre jour en passant devant l'Institut du Monde arabe qui lui dédie une exposition, la découverte de blogs multiculturels, ou même bilingues - celui-ci, par exemple, qui est engagé sur les droits de l'homme dans un environnement tunisien difficile - dans lesquels je me surprends à retrouver des sensations d'autrefois, des rythmes ou des senteurs, la sonorité des mots et des phrases, comme si treize ans ne s'étaient pas écoulés depuis la fin de mes études et de ma pratique ...

Qu'y eut-il, avant toute chose ? Avant toute chose, il y eut toujours autre chose probablement, avant l'illusion l'amour, avant l'extrême-orient le moyen-orient, avant la ruée vers l'or l'or, avant la liberté une forme d'emprisonnement, avant la maturité la fragilité, avant la paix la guerre, avant l'espoir le désespoir, avant la majuscule les minuscules, et toujours, toujours, parce qu'avant le tout il y eut un autre tout et que cet autre-là que tu croyais disparu ressurgit en général à l'improviste, tu te retrouves à vivre avec deux tout, dans deux tout et alors tu crois exploser mais en fait tu réagis, tu produis une adaptation vitale, une sorte de synthèse qui n'appartient qu'à toi, et que c'est peut-être cela que l'on appelle créer, et que c'est sans doute pour cela qu'il n'y a d'avenir que dans la rencontre et dans la confrontation. Fuck les nationalismes !

30504418.jpgAvant toute chose, il y faut donc la tolérance et la curiosité.

Peut-être encore qu'avant le tout, il y eut plutôt un grand rien. Ca coulerait de source. Un grand vide, dépourvu de limite, un vide infini, sans temps, sans espace, un univers en négatif, l'apathie en guise d'amour, l'amour en guise de chagrin, le théâtre d'ombres en guise de Comédie française, une sorte d'illusion totale, comme le virtuel triomphant. Un trou béant en guise d'érection, un mur à bites en guise de poupée gonflable, une sorte d'inutilité absolue, indépassable, aux confins du plaisir, mise en danger par l'espèce humaine vouée, elle, à ne rechercher que l'utilité et la performance.

Avant toute chose, il y faut donc aussi l'envie de dépasser, de sortir, et d'inventer.

Avant toute chose il faudrait donc décider si le tout est préférable au rien, l'insurrection à la démission, un irréel intact au réel dévasté, la préservation du système financier mondial à une remise à plat des règles qui gouvernent le monde. N'ayez pas peur, disait l'autre. N'ayons pas peur, non... Derrière le grand tout, il y a forcément quelque chose, comme avant toute chose. Tu m'as invité au risque. J'y suis prêt.

 

قبل كل شيء, prononcer qablu kullu shay', avant toute chose en français. Et si là, je t'ai pas embrouillé, je ne sais plus comment m'y prendre...

Commentaires

Vu la photo, c'est plus mastoc que mystique.

Et je ne comprends pas tout, mais c'est ça qui est bon.

Écrit par : manu | 28 septembre 2008

-> manu -> lol, c'est normal, il n'y a rien à comprendre, je m'essaye au style Bougrenette. Bon, ok, avec un poil de grandiloquence en plus, ça tue un peu l'effet poétique, mais ça a bien occupé mon samedi avant ma soirée crustacés... Par dessus le marché, je viens de changer la photo incrimibée, ce qui tue tout le sens de ton commentaire, ça nous met à égalité...
Autrement toi, ça va ?

Écrit par : Oh!91 | 28 septembre 2008

alors comme ça tu es tout fiévreux? pauv' bonhomme... besoin d'une potion revigorante?

Écrit par : ohlebeaujour | 28 septembre 2008

-> ohlebeaujour -> allez, j'attends ta recette, j'ai un 39° à soigner... revigore-moi donc...

Écrit par : Oh!91 | 28 septembre 2008

Il faut que ces "deux tout" deviennent "un atout" et ça l'est, je crois...il le faut pour écrire ce que vous écrivez .
"Ces petits riens"...j'ai la version de Françoise Hardy chez moi... et dire qu'elle sortait son premier album alors que je quittais la Tunisie...
@ bientôt,

Michel

Écrit par : giliberti | 29 septembre 2008

:-) rien compris ...

Écrit par : Bougrenette | 29 septembre 2008

-> michel gilberti -> Merci de votre passage et de votre commentaire. J'aime bien la version de Françoise Hardy aussi, c'est vrai que ça ne nous rajeunit pas...
-> Bougrenette -> Tu comprends ce que ça fait, maintenant ?

Écrit par : Oh!91 | 29 septembre 2008

mais heu ... :-)

Écrit par : Bougrenette | 29 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.