Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 août 2008

au dernier rang de sa section

 

2818cc0aceb019ef539360bf51474c92.jpg

Je n'ai pas été tagué. Qui aurait pu d'ailleurs, les gens tristes font peur.

Pourtant cette fois-ci, j'aurais aimé l'être. Juste pour cette chaîne-là que j'ai trouvée plaisante. Prendre un de tes livres de vacances, l'ouvrir à la page 123, aller à la ligne 5 et reproduire les 5 lignes suivantes... C'est insolite, ça doit donner de drôles de choses, sauf à choisir soigneusement son ouvrage...

Moi par exemple, j'aurais plongé les mains dans ma période japonaise, j'aurais encore ouvert Yukio Mishima, Confession d'un masque. Et ça aurait donné ça : (je commence à la fin de la ligne 5 pour que le paragraphe soit cohérent) :

"A ce moment le travail du moniteur était terminé, puisque le professeur de gymnastique dirigeait les exercices. Alors il courait se placer au dernier rang de sa section où, à son tour, il se mettait nu jusqu'à la ceinture et prenait part aux exercices."

Voilà. C'aurait été tout con.

Et alors il m'aurait fallu taguer cinq comparses. Et j'aurais été bien embêté. Peut-être, d'ailleurs, n'en aurais-je taguée qu'une ce soir, à cause de ces miroirs flamboyants qui m'ont touché si fort.

Commentaires

La mort du cochon d'inde cela aurait été plus fun, non ?!
;-) Je plaisante, tu le sais, évidemment.
J'aime bien quand tu fais ton rebelle, du tag, et puis la tristesse ne fait pas peur, c'est peut être simplement l'un des effets miroirs.
Je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 19 août 2008

-> Bougrenette -> Plus fun ? Finalement tu as raison, et ça en dit long sur la condition animale : la mort d'un cochon d'inde vaut mille fois mieux que la naissance d'un gros chagrin d'amour. Je t'embrasse aussi.

Écrit par : olivier | 19 août 2008

Ca permet surtout de prendre la mesure de certaines choses et que face à un chagrin d'amour on lutte avec nos propres armes, alors arrête stp je t'en prie de t'excuser ici pour ta tristesse.

Écrit par : Bougrenette | 19 août 2008

C'est grâce à nos émotions que nous sommes vivants. Elles nous servent de guide aussi.

Écrit par : christie | 19 août 2008

-> Bougrenette -> C'est dur d'arrêter. Tu sais, ce vieux complexe, qu'on surmonte facilement quand tout vous réussi, et qui reprend le dessus quand la vie vous échappe... Je suis comme ça, c'est tout...
-> Christie -> Je prends ça comme la parole d'une sage... Je crois en effet que j'en tirerai des leçons.

Écrit par : olivier | 19 août 2008

Les commentaires sont fermés.