Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2008

le héros et le maître chanteur

18820828.jpg

Bon, ben Saiichi, c'est fait : il a sa carte de séjour. Un an ! Quel sésame !

Ça c'est fait au prix d'une longue et belle bataille : ton soutien, ta présence, l'engagement de son orchestre, des interventions de parlementaires... tout cela était dans le dossier des fonctionnaires qui ont traité son affaire. Quand il a été convoqué le 22 mai pour se voir remettre son récépissé de régularisation, c'était au "bureau des affaires réservées". Tu savais que ça existait, toi ?

Et hier, même bureau, enfin la carte, et la fin des ultimes doutes. Respiration...

Mais ça ne s'est pas fait sans une manoeuvre de dernière minute : il a fallu qu'il signe une attestation d'abandon de recours. Parce qu'il avait engagé une procédure contre la décision de la préfecture devant le tribunal administratif. Avec une audience programmée début juillet. Son dossier ayant été réexaminé, sur le fond, il était légitime de lever la plainte. Sauf que l'audience devait aussi examiner la demande de dommages et intérêt pour préjudice subi.

Eh! bien, non : la perte d'emploi, la suspension des l'allocations logement (alors qu'il paye TVA, impôts sur le revenu et taxe d'habitation comme tout le monde), le non versement des indemnités ASSEDIC (alors qu'il y a côtisé des années), les nuits sans sommeil et les coups de déprime... toute une année d'angoisse : en pertes et profits, la question ne pourra pas être posée.

Ça tombe bien, il avait l'intention de la lever, la plainte, préférant s'en tenir à sa régularisation. Mais y être obligé au terme d'un ultime chantage, ça le dégoûte, et ça me dégoûte !

Mais bon, disons qu'aujourd'hui, l'essentiel n'est pas là. Champagne pour le héro !

Commentaires

Rien n'est gratuit, de plus en plus. :(

Écrit par : Olivier Autissier | 26 juin 2008

Qu'il respire !
A nous, les pourvus d'une carte électorale de nous souvenir ! Et de ne pas oublier de ressortir ces histoires lamentables, sordides et insupportables, le moment venu.

Écrit par : Boby | 26 juin 2008

Kafka dans une ville d'eau dont je ne citerai pas le nom. Et combien d'autres "délivrés" sans passation de marché. Content pour le héros malgré lui.

Écrit par : Mix Lave | 27 juin 2008

Quel plaisir, la carte de séjour oui !!!

Mais tu as raison, avoir à supporter ces abus de pouvoir est odieux. Pourquoi faut-il que la force se montre ainsi ? Avoir le dernier mot, pfff... Ecoeurant, mais bon...

Écrit par : Fauvette | 28 juin 2008

-> Olivier Autissier -> De moins en moins, dirais-je...
-> Boby -> Oui, il respire, je crois, il est heureux et soulagé. Et même sans carte électorale, il se souviendra. Merci de ton attention ;
-> Mix Lave -> 海辺のカフカ. Ou quelque chose du genre. Bienvenue et merci de ton passage.
-> Fauvette -> une façon d'avoir le dernier mot, sans doute, et aussi de se prémunir contre des procès à répétition : il semble que ce marchandage soit une procédure toute nouvelle, qui vient d'être introduite compte tenu du nombre de recours intervenus dans le cadre de l'affaire des salariés sans papiers... Ils feraient mieux de faire une régularisation pour tous une bonne fois pour toutes, comme en Espagne, ce serait tellement plus simple, et tellement plus efficace !

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 28 juin 2008

Les commentaires sont fermés.