Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mai 2008

vingt-quatre heures, parmi d'autres

466738.jpg

A la demande générale - et en particulier de Manu et de Bougrenette (putain, faites chier !), et pour légitimer si besoin un travail en cours de Balmeyer - voici une vraie note, écrite sur du temps volé, au milieu du défilé de mes collègues, et de mes dossiers qui restent en plan.

J'aurais pu appeler ça séquence récente (s'ensuivront, la note ne le dit pas, une nuit épouvantable à ne pas trouver le sommeil, et la voiture retrouvée à la fourrière au petit matin... et dire que demain mon blog a six mois). Avant ça, va jeter un coup d'oeil ici: y'en a encore une qui fait à l'eau un joli festival.

_________________________

Zéro heure trente : "Quand on veut biberonner, faut s'en donner les moyens". C'est sur cette phrase gentilment énigmatique que je m'endors avec le sourire.

Sept heures trente: je dépose Igor à l'aéroport pour 15 jours de vacances à Vienne et Budapest.

Huit heure cinq : mon rendez-vous de huit heure cinq - apaisé.

Huit heure trente cinq: je rentre dans le tunnel.

(Commence une séquence noire où se suivent réunions internes, réunions externes, relectures diverses, parapheurs et tutti quanti, prises de bec juste comme il faut, rencontre avec des associations...)

(Oups ! avec quand même la publication d'une petite note alibi en milieu d'après-midi - parce que j'ai pas pu résister)

Vingt heures trente: sortie du tunnel. Finalement, ç'aurait pu être pire !

Vingt-et-une heure: nocturne naturiste à la piscine Roger Legall. J'avais besoin de nager, et à cette heure-ci y'avait plus que ça. Et puis j'aime, même si je n'y vais pas souvent -rapport au fait que j'habite loin et que j'ai un Igor qui m'attend à la maison.

Qu'en dire ? Qu'il y a bien des mecs qui "bandent bas" - je confirme -, et que ça leur rend bien service (c'était encore le cas hier soir d'un magnifique métis au corps effilé, avec qui il m'était arrivé juste une fois, il y a de cela deux ou trois ans, de me branler de concert). Que le gel-douche magiquede ma copine Fiso, que j'expérimentais pour l'occasion, et son supposé effet Mr. Freeze, ne m'a pas du tout permis de contrôler ma bandaison, mais m'a au contraire provoqué un phénomène incontrôlable (tu parles d'une congélation ! Ça m'a rappelé la juvénile époque de mes éjaculations précoces), que j'ai bien et beaucoup nagé, dans des lignes pas trop encombrées - comme j'arrive peu à le faire ces derniers temps - sans me perdre dans d'inutiles batifolages (c'est l'avantage de s'être branlé avant, même malgré soi), qu'en sortant, un magnifique garçon chevelu et ébouriffé, Christophe, le visage jovial, un beau regard perçant, a eu du plaisir à se laisser regarder -et toucher-, qu'il m'a proposé de nous retrouver à la sortie, que j'ai sereinement décliné l'offre ayant d'autres projets pour la nuit, que mon dauphin palmé, Sylvain, arrivant sur ces entrefaites (de façon inattendue car il ne vient pas le mercredi en général), je lui ai laissé ma place sous la douche, les ai présentés l'un à l'autre, et que je ne sais pas ce qu'il est advenu de leur rencontre...

Vingt-deux heures cinquante: J'arrive chez Saiichi, il me prépare des spaghettis à la carbonara, il a déjà mangé, il est triste : l'incertitude de son rendez-vous à la préfecture la semaine prochaine, sa carte bleue piratée, son dos qui ne le lâche pas, et, à mots couverts, des questions sur où mène notre relation. Je le rassure, mais ne peux pas tout sur tout. Je suis content d'être chez lui, sa tendresse a un côté perpétuel, qui moi me rassure.

Zéro heure trente: Est-ce la lune, ou les images emmagasinées à Roger Legall, je suis à fleur de peau en lui faisant l'amour. Mais cette fois je n'y mettrai que quatre étoiles, parce que je n'ai pas joui de sa main alors que j'étais à deux doigts.

Commentaires

Excellent !! :) Tu sais, en plus, j'étais à deux doigts de te demander :" oh, Oh, tu pourrais pas écrire des trucs un peu olé-olé, sinon mon billet va tomber à plat ! " :D

Écrit par : balmeyer | 15 mai 2008

Belle journée.Effort, volupté et réconfort.

Écrit par : christophe | 15 mai 2008

Merci de me faire rire (le coup du gel douche) comme ça, ça m'a fait oublier mon début d'aprem cata avec ma chef hystérique!!

Écrit par : sof | 15 mai 2008

Ah bon ? Tu ne peux pas tout sur tout ? Et moi qui croyais... Un mirage s'effondre.... ;-)

Écrit par : Lancelot | 15 mai 2008

je dis rien ... j'ai même pas un p'tain en stock, chai pas, y a un truc mais je trouve pas quoi.
sinon merci de faire suivre les preuves
bisous

Écrit par : Franchement ... | 15 mai 2008

... encore trompé de pseudo, ! arrrghhhh

Écrit par : bougrenette | 15 mai 2008

-> balmeyer -> Bon, en même temps, j'agis pas pour nourrir ton scénar, mais plutôt pour profiter au mieux de mes bulles de liberté ;
-> christophe -> Question volupté et plaisir, c'est pâs à toi qu'on va en apprendre ;
-> sof -> Te laisse pas mettre la rate au court bouillon par ta chef, ça n'en vaut pas la peine ;
-> Lancelot -> Je peux quand même beaucoup, préservons un peu du mythe...
-> Franchement bougre -> retourne voir sur le blog de Fiso, t'as la marque et tout et tout, tu pourras faire les essais toi même...

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 16 mai 2008

un super nageur exhib à l'anp ,je me demande qui ça peut bien etre? moi y suis discret,je regarde,je nage la brasse,gym aquatique le vendredi ,je frole,je constate que ça matte dans les douches,ça bande meme dans le renfoncement ,ça se touche tres rarement,et c'est formellement interdit par le réglement sous peine de renvoi !
J'ai passé l'age de ces jeux ,toujours agréable à voir.

Écrit par : chris | 25 mai 2008

-> chris -> On a dû s'y voir quelques fois, alors, même si je suis un très irrégulier... cela dit, je ne vois pas en quoi ces jeux, même furtifs, seraient dépassés à 55 balais.

Écrit par : Oh!91 | 26 mai 2008

Les commentaires sont fermés.