Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 avril 2008

l'art du contre-pied

1452024444.jpg

J'aime bien zarxas. Il débarque toujours là où on ne l'attend pas. Genre pieds dans le plat ou gros sabots. Comme si c'était sans calcul. Comme si.

Zarxas, il n'a pas de blog, alors il se répand chez les autres, et c'est bien. Je l'avais déjà publié en reprenant le commentaire qu'il avait laissé à l'annonce de la fermeture du blog de Superebeu. A ses premiers commentaires chez WajDi, on l'avait cru intempestif, impatient, mi cabotin mi m'as-tu-vu, ses apparitions étaient toujours tonitruantes, agaçantes, certains avaient dit pédantes, parce qu'elles étaient pleines de références et s'évertuaient à montrer une densité. Et puis il nous avait sorti cette petite perle de sensibilité.

Surprendre son vis-à-vis, le déstabiliser pour prendre le pouvoir, c'est un peu ce qui le caractérise. D'ailleurs, il prend des leçons de combat auprès de spécialistes. Il aime cultiver le genre martial du contre-pied.

Et donc voilà qu'il vient me bousculer sur une des choses les plus importantes que j'ai produites depuis que je tiens ce blog. C'était le 22 mars dernier, journée mondiale de l'eau. J'arrivais en Arles, et avant de m'échapper, je révélais ma part d'usurpation. Je voulais que ce soit l'acte de vérité par excellence. Mon acte de vérité. Ma vraie sortie du placard.

Et voilà qu'il ramène ce geste - que je voyais fondateur de quelque chose - à un vulgaire caprice, une mise en scène minable de petite teigne :

881486859.jpg"Bon, c'est pas moi qui allais te laisser sur un truc pareil. Même si j'ai pris mon temps, mais tu me connais. Je vais commencer par t'engueuler, mais ça non plus, ça va pas t'étonner.

Alors comme ça tu veux faire ton Superebeu, te fouetter en public comme à l'Achoura ? Faire le coupable, c'est un rôle difficile, ça, je suis pas sûr que tu sois taillé pour.

Fais pas l'enfant gâté qui se plaint de pas avoir assez de jouets. Tu as eu, tu as une vie bien plus épanouie que la plupart des gens. Tu as mis le temps avant de sortir du placard ? Comme presque tout le monde. A l'époque de tes premiers désirs, t'étais vraiment seul, t'avais pas trop le choix, y'avait pas les blogs pour partager des expériences et y trouver le courage. La société ne s'y prêtait pas. Oui, il y avait déjà des militants méritoires pour faire bouger les choses. Mais tu as déjà beaucoup fait dans ce registre, ne t'en veux pas de ne pas avoir été également de ce combat d'avant-garde.

Question couple et famille, t'es pas non plus le seul au monde à regretter ce qu'il a fait ou non dans le passé. Et il y a 10 ou 15 ans, tu n'étais pas le seul à être différent : le monde l'était aussi. Sur certains sujets, il a changé profondément en peu de temps, et pour une fois en bien. Élever son enfant en assumant et vivant pleinement son homosexualité n'était pas vraiment une option disponible à cette époque. A nouveau, arrêtes donc de te reprocher de ne pas avoir été toujours un pionnier.

Et si, par décision ou accident, tu avais eu un enfant avec ta compagne avant de faire ton coming-out, cela n´aurait rien eu non plus d´une usurpation ! Ça arrive quand même ce genre de chose quand un homme vit avec une femme ! Ce couple était un mensonge ? Et c´est pas le cas de centaines de milliers de couples 100% hétéro ? Eux aussi ils prennent parfois la décision d'avoir un enfant malgré leurs doutes intérieurs sur la viabilité du couple, qui se sépare peu après. Mais l'incertitude ou l'indécision ne sont jamais une usurpation.

Là où carrément tu me fais marrer, c´est quand tu inverses effets et causalités en te faisant passer pour un usurpateur dès l'enfance. On dirait une autocritique maoïste ! T'apprenais ça chez les jeunes cocos ?

Tu as bénéficié des conséquences de tes qualités intellectuelles et sociales ; tu en as probablement été conscient très tôt, ainsi que des conséquences positives de ces qualités, et des portes qu'elles t'ouvraient, ce qui te motiva. Mais même en étant le plus doué et cynique des acteurs, on n´est pas bon en maths, en arabe ou en sport par usurpation : on a les résultats ou non. Et un gamin ensuqué et gnangnan ne devient pas par miracle enjoué, contre sa nature profonde, dans le seul but de plaire à ses parents ! C'est surtout pas à moi que tu vas faire le coup !

Ta seule usurpation, elle est dans ton post. Dans cet essai raté et lamentable de prétendre déguiser en cynisme et arrivisme ce qui n'est autre que ta vieille culpabilité omniprésente, ta soi-disant dette.

Aies les couilles d'assumer tes qualités. Tu ne te débarrasseras pas de ta culpabilité en les niant, mais en ayant le courage de les assumer avec humilité, sens de la responsabilité, et une bonne dose d'auto-dérision, ce qui n'est pas pareil que l'auto-flagellation.

Tu as grandi dans un contexte familial qui t'as permis de disposer de certains outils intellectuels et sociaux. C'est pas en crachant dans ta soupe, ni en prétendant que tu l'as volée,  que tu nourriras les autres, bien au contraire. Mais en mettant ce progrès personnel au service du progrès collectif, qui en a tant besoin. C'est ce que tu as fait, c'est ce que tu fais. Alors il est où le problème, à part celui que t'inventes ?"2016837980.jpg

Eh ! bien si, Zarxas, je suis un usurpateur. Je persiste, et je signe. Et crois-moi, là où je suis, je suis bien placé pour le savoir.

Ce que je partage en revanche avec toi, c'est que je ne suis pas seul, en effet, à me complaire d'avantage dans les rôles que je joue que dans ma vérité. A succomber à la facilité et à m'y laisser porter.

Tiens, toi, par exemple... Es-tu certain que ce rôle de rentre-dedans, la balle dans le jeu de quille, c'est ce qui te caractérise le mieux ? Ce qui te correspond le mieux ? N'y a-t-il pas là un jeu dans lequel tu cherches à exceller parce que c'est par là que tu t'es montré, celui qui te permets de t'affirmer pour exister dans la blogosphère ? De rivaliser avec WajDi pour attirer son regard ?

Regarde où t'en es dans ta vie. Ça roule pour toi ? Mais quelle est la vraie part de ta vocation et celle des circonstances ? T'as réussi ? Très bien. Es-tu sûr que tu as la vie heureuse à laquelle tu aspires pour autant ? Que ta performance sociale te permets d'être ce que tu es vraiment ? Je crois que tu n'en es pas encore à te révéler, à t'accepter, alors tu préfères renvoyer la tentative de vérité d'un autre à un essai "raté et lamentable", peut-être parce que tu ne veux pas t'avouer que tu n'as pas cette force là, pas encore.

Je ne vois pas dans l'usurpation une intention mauvaise. J'y vois la construction d'un masque, à un moment où ça semble indispensable pour avancer, à tort ou à raison.

Comment qualifier cela, un dossier bidon, monté en deux semaines pour obtenir une autorisation d'inscription dans un institut de formation, qui devient un sujet d'étude, un mémoire, un domaine de spécialité, un bouquin...? Putain, un bouquin, né d'une simple entourloupe pour rentrer dans des cases administratives ? Ma vie s'est construite de ces hasards, dans ces façades, elle est faite de factices matérialisés. Oui, le reconnaître, c'est ma fierté, alors s'il te plait, ne me l'enlève pas.

L'usurpation naît toujours de là, d'un réflexe vital. Il n'y a pas toujours de déshonneur à en jouer. Mais il y a de l'honneur à y mettre fin. Ou au moins à l'admettre. Tu vois, je ne suis pas dans l'auto-flagellation. Je crois même que reconnaître ma part d'usurpation, c'était une façon de me défaire de cette culpabilité judéo-christo-communiste, que tu perçois à bon escient. C'est une façon de dire que j'ai eu, que j'ai du talent pour aller au bout de mes engagements, pour conquérir la confiance. Mais permets-moi de trouver malgré tout de la médiocrité dans l'insincérité. Et comme nous sommes tous des usurpateurs, j'ai de l'admiration, et parfois de l'amour, pour ceux qui en sortent.

Rassure-toi. J'ai aussi vu l'amour qu'il y avait - surtout - dans ton interpellation. Un vraie déclaration d'indulgence, même ! Mais je n'avais pas de raison de te reprendre sans contre-pied.

Commentaires

Pas simple à vivre certainement, ne plus savoir qui on est vraiment...

Écrit par : Patrick | 19 avril 2008

Tout en désapprouvant Zarxas sur la forme (un peu rude), j'avais trouvé son commentaire plein de bon sens dans la mesure où je pensais peu ou prou comme lui ; mais je pensais aussi que ta note initiale (même si je n'étais pas d'accord avec elle) était sincère et honnête.

Ce qui me gêne le plus finalement, c'est le terme d' "usurpateur". Il est vraiment trop péjoratif, je trouve. La personne qui change sans cesse de masque au gré des besoins, c'est plutôt un magicien. Ou, mieux encore, un acteur. mais nous en sommes tous là... Dans la mesure où tu ne te mets pas martel en tête par rapport à ces "rôles" , ces "tours" ou même ces "usurpations", appelons-les comme on veut, peu importe.

Continue à vivre, à avancer, à aimer, à écrire. Et à "usurper". Pour notre plus grand plaisir.

Écrit par : lancelot | 20 avril 2008

le bon tempo de la Vie, se situe peut-être entre les deux, entre l'amour et le combat ... Certains musiciens traduiraient cette jolie annotation 'allegro affettuoso' [...]

Écrit par : Céphée | 20 avril 2008

On en a parlé, et je t'ai dit que Zarxas n'avait pas tort.
Et voilà Lancelot qui résume ma pensée, que je n'arrivais pas à formuler. L'usurpateur, c'est un menteur, un tricheur. Le terme ne te va pas, non pas du tout. J'ai la prétention de bien te connaître, maintenant. Et puis, merde ! On joue tous des rôles pour séduire, rassurer, porter. Et on les devient, ces personnages, exactement comme les acteurs font corps avec ceux qu'ils interprètent.

Écrit par : Fiso | 20 avril 2008

-> Patrick -> Mais si justement, je sais qui je suis, de mieux en mieux, c'est bien pour ça que je cherche à me départir, d'abord vis-à-vis de moi-même, de qui je ne suis pas ;
-> lancelot et Fiso-> "usurpateur", j'emploie ce terme parce que ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Et j'ai compris ça. Et vous inquiétez pas, je vais vivre avec, et écrire avec, et étonner avec, j'espère, encore, mais je dis bien avec, parce que sortir de l'usurpation, ou de cette usurpation permanente dans laquelle nous vivons tous, comme vous le laissez entendre avec justesse, j'ai décidé d'en faire mon défi, en conscience. Vous vous rendez pas compte comme c'est important pour moi d'assumer ça. C'est grâce à ce blog que je le fais, d'abord dans l'anonymat, et maintenant de plus en plus souvent les yeux dans les yeux. Me retirez pas ça ! Et c'est pas de l'autoflagellation, parce qu'en affrontant ça, je me vois grand ;
-> Céphée -> J'aime bien ça, "allegro affetuoso". Ca existe vraiment en musique ?

Écrit par : Oh!91, usurpateur persistant | 20 avril 2008

http://www.deezer.com/track/315064

Écrit par : M. | 21 avril 2008

Armons-nous, et partez !

Qui est ce zareguaquecessas ? Cet homme lucide, providentiel ?
Ce deus ex ma cuisine qui détient la vérité, et qui nous délivre de notre ignorance avec tant de brillante insolence ?

Un homme qui s'exprime sur des blogs, sans le faire sur l'inexistant sien. Invisible.
Masqué de la tactique du pouvoir : voir sans être vu.
«Surveiller et punir» dirait presque Michel Foucault.

C't'aprèm', j'me suis fait ma grosse couille du Dimanche : Untreacable. C'est un thriller de l'accabit de chez ricain, où un homme met en place une machination assez probable : ces dispositifs présentent la mise à mort de ses victimes sur le web dans d'atroces souffrances. Ce sont les visiteurs qui se connectent à son site qui actionnent la machine de mort, par voyeurisme, sans aucune conscience de leur complicité de meurtre.
C'est glauque, mais la question est intéressante : l'œuf ou la foule ?

Un usurpateur est avant tout un menteur, un homme qui agit dans l'ombre pour manipuler les autres. Oh !

La vraie recherche que l'on pourrait se fixer serait au surplus celle de la vérité. Quelqu'un a une bonne adresse ? (pas cher, si possible).

J'ai cru essayer de chercher (quel con !).
Sur mes successifs blogs, je me suis longtemps demandé si j'étais un monstre. La réponse est oui : je ne suis que ce que je suis, et pas celui que je devrais être. C'est l'évidence comme le nez au milieu de la figure. Un énorme nez.
J'ai arrêté.

Dingue, non ?

Écrit par : Fabien (qui sort de ses gonds, et qui ne devrait pas, en fait) | 21 avril 2008

Un posteur, deux posteurs... on blogue pour ça, poster, pauser, posturer ou imposturer.

Pas certain d'aimer le ton de Zarxas ; pas certain d'aimer l'autoflagellation - et je n'ai toujours pas compris ce que tu usurpais.

"Usurpateur : personne qui par la ruse ou la violence s'empare d'un bien, d'un pouvoir, d'une dignité, d'un titre ne lui appartenant pas ou auquel il ne peut prétendre."

Bon, par la violence, on ne peut pas dire qu'elle ait marqué ton parcours. Par la ruse ? Et quel est ce bien/pouvoir/dignité auquel tu ne pourrais prétendre ?

Le fait d'être un mec bien ?

Écrit par : manu | 21 avril 2008

Usurpateur ou imposteur ? Dans la comédie humaine, nous sommes tous des imposteurs, sauf que certains le sont plus que d'autres. La transparence à laquelle tu aspires, ressemble à une espèce de quête de vérité métaphysique. Je me trompe ? Chacun cherche sa vérité, avec plus ou moins d'introspection et d'application. Mais te concernant, cette déclaration sur tout ce que tu es censé "usurper" me laisse un peu dubitatif... Ou alors ça manque un peu de révélationS, non ?

Écrit par : DonDiego | 21 avril 2008

-> M. -> Tu nous dégotes de ces trucs. T'as le "je sais pas trop quoi dire" inspiré. Comme d'hab ;
-> Fabien -> J'en conclue qu'il faut que j'accepte d'être un monstre ? Avec un gros pif au milieu de la tronche ? J'aime bien la parabole de l'oeuf et de la foule, le voyeurisme inconscient et criminel, inconsciemment criminel. Moi, j'ai parfois l'impression de me livrer à des regards voyeurs, de les solliciter, mais de m'y grandir, parce que vous ne me renvoyez pas à une machine de mort, mais vous me tendez un miroir déformant, ou plutôt reformant. C'est pour ça que je continue ;
-> manu -> tu sais quoi ? Je suis à peu près sûr d'être un mec bien. Et ça je l'assume. Mais pas n'importe qui, hein !... Un vrai mec bien. Agréable, disponible, généreux, attentif, attentionné... Bon, parfois un peu chiant, parfois un peu bégueule, ou un peu collant, mièvre, un peu distrait, un peu absent... Mais un vrai mec bien.
C'est plus sur mes talents supposés qu'on se plante... mon inculture dissimulée, mon désintérêt caché pour certaines choses, ma patience feinte... La feinte, tiens, me caractériserait plus que la ruse. La violence, tu as raison, elle m'est à peu près étrangère. En tout cas, je commence à accepter la peur que je ressens quand on me prête des qualités que je n'ai pas. L'étape d'après, c'est que je sache dire : stop, ça non, t'arrête, je sais pas faire, je suis incompétent. Parce que tu sais, ruse ou feinte, il m'est arrivé de me laisser griser par la confiance qu'on m'accordait, et de me retrouver à des endroits où, je crois, je n'étais pas le mieux à ma place. Merci en tout cas de toutes ces gentillesses ;
-> DonDiego -> J'ai pas beaucoup d'autres révélations à faire, ou elles viendront au fil des pages de ce blog, au fil de mes souvenirs... métaphysique ? Fichtre ! moi qui suis un indécrottable matérialiste. Dis, c'est quoi ton signe ?

Écrit par : Oh!91, mec bien | 21 avril 2008

Je pense pas que tu sois un usurpateur, je pense que ce que tu as montré au moment où tu l'as fait faisait de toutes façons partie de toi : tu as dit à une ou plusieurs femme que tu l'aimais, même si ce n'était pas un amour charnel, tu l'aimais au moins comme une amie, tu as forcé certains traits de ta personnalité pour en masquer d'autres dont tu n'es pas fier, et alors, tout le monde fait ça, tu ne t'es pas inventé une nouvelle personnalité, tu as simplement exploré tous les champs de celle que tu as déjà.
Nous avons tous des personnalité à multiples facettes, on change d'avis, d'envies et on change de vie en fonction des moments et comme on est pas parfait des fois on se plante en voulant trop bien faire et en ne montrant pas ces parties de nous dont on est pas forcément très fier.

Écrit par : sof un poil schizophrène aujourd'hui | 21 avril 2008

Matérialiste ? Quelle horreur ! Tu poses des questions indiscrètes... Je suis Balance, ça t'étonne, non ?

Écrit par : DonDiego | 21 avril 2008

Quoi, moi aussi ouvrir un blog?

Ah, non, Oh!, je préfère continuer à te regarder te sacrifier pour mes pêchés, lol!

Écrit par : zarxas | 21 avril 2008

"C'est plus sur mes talents supposés qu'on se plante... mon inculture dissimulée, mon désintérêt caché pour certaines choses, ma patience feinte..."

Ben, non, "ON" se plante pas tant que ça sur ces travers-là avec toi quand on te connaît bien, tu sais... L' "inculture" sur certains sujets, elle se dissimule bien, mais elle se voit (d'ailleurs c'est pas un crime de pas tout savoir sur tout, et c'est bien humain aussi de chercher à planquer cela sous un léger vernis de coquetterie...). Le "désintérêt" est bien caché mais il peut se faire sentir quand même (là aussi, rien de criminel, ça s'appelle 'être poli' c'est tout). Enfin la 'patience feinte' : aïe, elle fait mal, celle-là. Surtout quand, sans en être sûr, on la soupçonne d'être présente de façon sous-jacente, en face. Surtout quand on doute soi-même. Mais bon... on ne va pas cesser d'être soi-même sous prétexte qu'en face l'autre accepte de ne pas être lui-même pendant quelques minutes et prend sur lui...

A force de réfléchir sur ce sujet que tu as lancé, je me dis que le monde serait invivable sans les "masques" et cette fameuse "usurpation" qui te tient tant à coeur. Un mal nécessaire, en définitive.

Écrit par : lancelot | 22 avril 2008

-> sof -> C'est gentil de me dire tout ça... Disons qu'un usurpateur repenti n'est déjà plus tout à fait schizophrène ;
-> DonDiego -> Pas tant que ça. J'en parlerai à Igor et je te rendrai compte, moi j'y connais rien ;
-> zarxas -> Sauf que pour réparer tous tes péchés, quelque chose me dit qu'il faudrait plus qu'une vie de sacrifices ;
-> lancelot -> Tiens, tu es renré dans l'arène, finalement ? Tout ça pour me dire que je ne suis que quelqu'un de poli... franchement, moi qui ne me croyait vulgaire usurpateur, manipulateur dépoli... il faut décidément que j'accepte de descendre de l'armoire !

Écrit par : Oh!91, usurpateur repenti | 22 avril 2008

Euh, c'était une forme d'understatement... Pour les connaisseurs, il parait que l'ascendant est clé. Mais je vais pas tout raconter, merde ! C'est pas mon blog ! ;-)

Écrit par : DonDiego | 22 avril 2008

Oh!91, ou "Comment sortir du judéo-christianisme quand on a été élevé comme moi dans la grande tradition communiste"

Pour la rédemption de mes pêchés, il te faudrait plus qu´une vie entière de sacrifices?
Dëjà, tu parles comme une mère juive: t´es pas sorti de l´auberge!

Écrit par : zarxas, inspecteur d´usurpations. Devis gratuit, travail soigné. | 23 avril 2008

Moi ça m'étonne que Don Diego soit Balance ...

Écrit par : Fiso | 23 avril 2008

Fiso, c'est ton côté Madame Irma ?

Écrit par : DonDiego | 23 avril 2008

-> zarxas -> Tu sous-estime mes capacités dans le domaine du sacrifice rédempteur ;
-> Fiso et DonDiego -> Ca yest, je tiens le thème astral de Diego... Igor m'a fait du sûr mesure. Le v'là habillé pour l'hiver !

Écrit par : Oh!91 | 27 avril 2008

Les commentaires sont fermés.