Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2008

merci, Maestro !

658230930.jpg

Que retenir de ce beau week-end en Arles : les prouesses gastronomiques de Boby, chacune de ses petites attentions, sa parole dépolie et intarissable ? Ou le rire enfantin de Fiso devant son - non, ses - toreaux en chocolat ? Ou les opportunes intrusions téléphoniques de notre ami commun, celui à qui l'on devait d'être ainsi réunis et dont nous parlâmes tant, forcément ? Ou les yeux hypnotiques, d'un magistral bleu-roi de ma blogueuse jumelle, la troublante effervescence amoureuse où elle se trouvait, son bonheur visible de nous serrer dans ses bras ? Ou le sourire encore perplexe mais déjà épanoui d'un jeune homme qui sait à peu près de quoi il se libère et à peu près où il va ? Ou les maaloumehs de Pâques d'une restauratrice libanaise récemment installée ?...

Le toreau s'était d'abord présenté à nous sous la forme d'une fabuleuse guardiane aux olives noires, avec Boby en maestro. Je n'avais plus vu de corrida depuis au moins quinze ans. C'est à Nîmes, plutôt que nous avions l'habitude d'aller faire la fête, pour Pentecôte. A l'époque, on ne risquait pas d'entendre du Claude François dans les bodégas, ç'aurait été du dernier des ringards.

Igor n'aime pas la corrida, ne supporte pas l'idée que je puisse aimer ça, alors tout comme j'ai arrêté d'aller au ski depuis que nous sommes ensemble, ou comme je ne vais pratiquement plus au cinéma, j'avais mis en veille mes passions tauromachiques. Je ne sais pas si ça répond à l'interpellation de Patrick sur ce qu'est l'amour avec un grand A...

Pour couper court aux polémiques que j'entends d'ici, disons-le tout de suite : oui, c'est cruel, oui c'est barbare, et pour tout dire, je suis753995834.jpg convaincu que dans une société humanisée, harmonieuse, où les inégalités et les oppressions auront disparu, où les cultures populaires ne seront plus écrasées, éliminées par l'uniformisation et la marchandisation, les corridas pourront rentrer sereinement dans le registre des patrimoines mémoriels.

Mais parce que nous n'en sommes pas là, parce que la diversité culturelle est gravement menacée, et doit être préservée pied à pied, identité par identité, je suis un résistant, et donc un ardent défenseur de la corrida. Doublé d'un aficionado. Imagine Lille sans sa grande braderie, l'Irlande sans la Saint-Patrick...

Il y a autour de la corrida, en fait plus qu'une vague culture populaire, mais toute une érudition populaire - c'est un peu comme avec le vin - qui va bien au delà de l'esprit "jeux du cirque" que lui attribuent souvent ses détracteurs. J'écoutais samedi les gens autour de nous observer les toraux qui entraient dans l'arène, commenter leurs qualités, leurs défaillences, leurs travers, ou la stratégie des matadors, le travail des picadores, la faena de chacun, leurs naturelles à droites, leurs naturelles à gauche, imperceptiblement plus difficiles... Au delà des grandes envolées collectives - il y en eut peu, samedi, notre corrida fut soignée, mais sans plus -  chacun y allait de son petit couplet avec un regard aiguisé, singulier, intraitable, sur la bête comme sur l'homme. et j'aime cette appropriation, ce savoir-là, qui participe de l'intelligence humaine.

Donc voilà, c'est ainsi. Si tout va bien, je me suis définitivement fâché avec la moitié de mes lecteurs. Peut-être aussi la moitié de mes amants. Mais bon, c'est ainsi.

34571198.jpgArles en fête, la ville investie par la foule, les peñas à chaque coin de rue, les fanfaronnades, les odeurs de paellas géantes dans la nuit, les grandes tablées bruyantes... Hmmm ! Que c'était bon de renouer avec ces sensations, de laisser glisser son regard sur de beaux garçons, de tenter d'harponner un regard, de laisser son pied, sa jambe, sa hanche s'animer au rythme de Magnolias.

Sur le chemin du retour vers la maison de Boby, encore chauffée par l'ambiance de la Bodega Juan Bautista (du nom du jeune matador arlésien que nous avions vu dans l'après-midi), Fiso s'est laissée aller à nous montrer un tout petit bout de son vaste répertoire Claude François. Extraits de la foule dans les petites rues retirées, Comme d'habitude nous enchantait.

Commentaires

Moi qui suis Arlésien de naissance... un cours instant du m'a replongé dans les souvenirs de la féria... ou plus jeune je n'en manquais aucune... ou j'ai travaillé aux pieds des arènes... Mais tout ça est bien loin maintenant !

Écrit par : agitateur | 24 mars 2008

toi de retour d'Arles. moi du Charollais. les animaux sont aussi majestueux et leur fin la meme. Oui, il y a une vraie culture autour de la corrida et ce Juan Bautista, quel personnage et quelle vie...
De l'amour avec un grand A a ton desir d'enfant et la corrida, quel eclectisme et cela me plait.
La bruyere disait qu'il n'y avait pas de plus bel exces que la reconnaissance, alors merci mille fois...

Écrit par : JG | 24 mars 2008

Bleu-roi face à toi, bleu-gris maintenant. Les traitres, il ne savent taire mes humeurs...
S'il n'y avait pas eu ce fucking TGV, je ne les aurais pas desseré mes bras, tu sais ? ;-)
Quel week-end... Quel week-end...
Je t'embrasse fort fort fort

Écrit par : M. | 24 mars 2008

Ma moitié y était dimanche avec un groupe de japonais, j'y serai ce soir, hôtel du Forum. Quand à ce que tu ne fais plus pour l'amour d'Igor, on peut dire que ça fait partie du grand A mais je ne m'en tirerais pas à si bon compte si j'étais toi... lol
Je suis chiant, hein???
Allez, bonne reprise de boulot

Écrit par : Patrick | 25 mars 2008

Te fâcher avec 'la moitié de tes lecteurs' parce que tes goûts tauromachiques ne leur conviennent pas... Quelle idée ! On peut très bien s'adapter, entre amis, et aussi au sein d'un couple. On peut laisser de la liberté sans IMPOSER.

"Quel week-end... Quel week-end" dit M. Ca me ferait presque regretter de ne pas faire partie des "aficionados" !

Écrit par : lancelot | 25 mars 2008

La prochaine Féria, c'est celle du riz, en septembre...
Une belle côte de taureau grillée, ça vous dit ?...

Écrit par : Boby | 25 mars 2008

A Bi-O-Bi-Ouaille : OUIIIIIIIIIIIIIIIIIII !

Écrit par : Fiso | 25 mars 2008

Je vois que le week-end fut festif.Rien de tel pour décompresser.Pour ce qui est de la corrida, je n'ouvrirai pas le débat.Et je continuerai à te lire sans faute en faisant attention de ne pas me faire couper les oreilles.lol

Écrit par : christophe | 25 mars 2008

...et la queue, Christophe, et la queue!

Écrit par : zarxas | 25 mars 2008

@ Boby : ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! (je m'invite ! ;-) )

Écrit par : M. | 25 mars 2008

Quelle star ce Boby...

Écrit par : DonDiego | 25 mars 2008

Ben tu as bien le droit d'aimer la corrida ! Aucun problème en ce qui me concerne.
Si tu croyais te débarrasser d'une partie de tes lecteurs et lectrices c'est raté !

Écrit par : Fauvette | 25 mars 2008

-> agitateur -> mon Dieu, travailler au pied des arènes, quel rêve... j'en n'ai pas parlé, mais à la fin de la course, samedi, on a rapidement croisé un vieil ami de Boby, gay aussi, qui bosse pour l'écurie de la Féria : tout de noir et blanc vêtu, il accroche en fin de course la carcasse du toreau à l'attelage qui l' évacue... presque un fantasme ;
-> JG -> Alors si t'es fan de charolaise et de Juan Bautista, c'est sûr, on devrait vraiment s'entendre ;
-> M. -> A nous maintenant, remis de ces émotions toutes fraiches et si intenses, d'en faire quelque chose dans la durée ;
-> Patrick -> je vais te le faire, ton article sur l'amour avec un grand A. Dès que j'ai du temps... C'est une chose promise ;
-> lancelot -> tu sais que j'ai regretté aussi que tu ne fasses pas partie des aficionados ;
-> Boby -> au patriarche : OUIIIIIIIIIIIIII !
-> Christophe -> Comme zarxas, je te sens brave et j'ai une faena de Dieu ! moi aussi je te coupe la queue ;
-> DonDiego -> Disons que c'est notre coqueluche ;
-> Fauvette -> Putain, je sais plus quoi faire pour vous décourager... Je t'embrasse.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 26 mars 2008

Je suis profondément ANTI corridas mais cela ne me retire pas l'amitié que j'ai pour toi. Mon mari est espagnol est pour la corrida par culture, mon père l'était comme toi. Cela ne me fâche pas pour autant avec eux.....

Écrit par : christie | 27 mars 2008

-> christie -> et vive les anti-corridas tolérants (y'en n'a pas beaucoup, malheureusement...)

Écrit par : Oh!91 | 27 mars 2008

Les commentaires sont fermés.