Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 mars 2008

ma part d'usurpation

1888013781.JPG

Je suis un usurpateur.

Je ne suis pas celui que l'on croit. Je n'ai pas les qualités que l'on me prête. Et ça fait vingt cinq ans que ça dure. Je n'ai ni talent, ni courage, ni culture. Je ne suis qu'un illusionniste : piètre corde à mon arc, même si elle m'a conduit loin.

Je joue des rôles, et je deviens les rôles que je joue. Je choisis un habit et je deviens le personnage. Seul moi sais encore qu'il s'agit d'une fiction. Le bon à l'école, pour plaire aux parents. Le bon en maths pour impressionner les copains. L'enfant enjoué, pour amuser la famille, le leader étudiant pour l'illusion du pouvoir, le bon en arabe pour épater la galerie, le praticien des relations internationales pour accéder au toit du monde, le bon en sport pour me glisser dans la grande arène de la république, l'organisateur, le modérateur, le synthétiseur, le manageur... Tous ces rôles, l'un après l'autre, je les ai endossés sans y croire, en m'efforçant d'y entrer au chausse-pied. Comment et pourquoi m'y a-t-on toujours vu à la hauteur ?

Il n'y a qu'un rôle que je n'ai pu jouer jusqu'au bout, parce qu'il m'enfermait trop loin des territoires où je devais aller, c'est celui de l'hétéro. L'homme marié promis à une belle progéniture, c'est la seule usurpation d'où je sois finalement sorti, c'était la plus insupportable, elle m'était trop douloureuse, je n'ai jamais réussi à m'y fondre, l'habit était trop grand, ou trop étroit pour moi.

J'aimais bien être le gendre idéal, une certaine socialisation qui allait avec, mais je me voyais trop comme l'usurpateur que j'étais pour m'y complaire vraiment. Et puis il y avait ce manque, si durement ressenti, si lancinant, la conviction grandissante, que "ça" ne passerait pas, que j'étais condamné à vivre avec, et qu'aucun miroir ne pourrait jamais me rassurer.

Je me suis arc-bouté comme un malade pour ne pas avoir d'enfant, tellement je me serais méprisé de les avoir pris en otage de mon mensonge 1433744660.gifet de ma lâcheté. C'est ce que je regrette le plus : aujourd'hui où je suis tranquille avec moi-même, notamment avec ma sexualité, je m'imagine volontiers élever des mômes, une petite fille, un petit garçon, les deux, même, les voir grandir auprès d'Igor et de moi, auprès de leur mère aussi, comme beaucoup d'enfants de familles recomposées, inventer avec eux des formes d'harmonie qui leur permettent de se construire. Témoigner au jour le jour d'une vie non usurpée, transmettre des valeurs, affronter avec eux les plus dures aspérités de la vie pour leur apprendre à en déjouer les pièges.

Je suis convaincu aujourd'hui que c'était un possible. Un vrai possible. Un beau possible. J'envie ceux pour qui ça en reste un.

L'usurpation, je ne l'ai esquivée que cette fois-là, et putain : c'était juste celle où j'avais tort de le faire.

Commentaires

Je suis en train de lire Patrick O'Brian. Des histoires de corsaires qui se déguisent sous une bannière ou une autre selon leurs intérêts, leurs rencontres, pour leur survie...

Je te souhaite une bonne journée de l'eau, matelot...

Bises

Écrit par : Titi | 22 mars 2008

Waouhhh !

Kelle force il va te donner cet article, dans kelkes temps...

J't'embrasse.

Écrit par : wajdi, agitateur d'eau | 22 mars 2008

-> titi -> patrick O'Brian, j'essaierai de m'en souvenir, pour voir si je me reconnais dans ses personnages. Autrement, les arbres, ils poussent ?
-> WajDi -> Un jour, la vie, une rencontre surtout, m'apportera peut-être la revanche inespérée. Bises d'Arles : las 5 de la tarde approchent.

Écrit par : Oh!91 | 22 mars 2008

Très beau ton billet, à en chialer presque. Quelque part, je me dis que tu as eu raison. De te respecter jusu'au bout. Même si tu as changé de position aujourd'hui, tu as respecté le toi que tu étais alors. Si quelque chose doit changer, c'est pas ton passé, mais bien les lois actuelles.
C'est bizarre, mais moi aussi je t'imagine bien en gendre idéal !

Écrit par : anydris | 22 mars 2008

Va savoir, et sans doute je refuse d'approfondir ma réponse, avons-nous tous cette part, quelque part.

Écrit par : Olivier Autissier | 22 mars 2008

"Tous ces rôles, l'un après l'autre, je les ai endossés sans y croire, en m'efforçant d'y entrer au chausse-pied. Comment et pourquoi m'y a-t-on toujours vu à la hauteur ?"

...Ben peut-être, tout simplement, parce que tu ETAIS à la hauteur.
Le public qui va voir un illusionniste se moque bien de savoir s'il a ou non un VRAI magicien sous les yeux. Il veut un tour réussi, et voilà tout.
Si tu vis dans le regard des autres, les autres veulent que tu réussisses, voilà tout.
La question, bien sûr, c'est de savoir si l'on se satisfait du regard des autres pour exister.
Non, bien sûr. Il y a aussi le regard que l'on porte sur soi-même.
Mais au fait, pourquoi écrivons-nous tous des blogs... ?

Écrit par : lancelot | 22 mars 2008

On joue tous des rôles à un moment de notre vie.Le peu que je te connaisse, je peux affirmer que tu es quelqu'un de vrai et de sincère.

Écrit par : christophe | 23 mars 2008

Qui n'a pas joué un rôle dans sa vie, un jour, une semaine, des années durant? C'est tellement difficile d'être soi même, une heure, au bon moment, tout le temps, définitivement.
On fait ce qu'on peut le plus honnêtement possible. Ne pas avoir de regret, toujours.

Écrit par : MarcelD | 23 mars 2008

Je te connais peu, certes, mais les qualités que je te trouve ne sont pas usurpées. Notre étreinte de l'autre soir le prouve.
Tu es entier, généreux, profondément bon. Rare. Et précieux.
Ce ne sont pas des compliments jetés là pour faire bien, pour un peu de baume au coeur, ce sont des sentiments vrais, sincères.
Et puis, ça vaut ce que ça vaut, mais je suis persuadée que tu ferais un merveilleux papa. Est-il vraiment trop tard ?
Je t'embrasse fort

Écrit par : M. | 23 mars 2008

Mais non tu n'es pas un imposteur, tu avais les compétences.

Tu as été plutôt courageux de ne pas vouloir d'enfant parce que tu n'étais pas prêt, tu n'étais pas prêt. Je te trouve très honnête et courageux.
Ton billet est très émouvant, je reviendrai le lire...

Écrit par : Fauvette | 23 mars 2008

-> anydris -> et en père idéal, tu m'imagines aussi ?
-> Olivier Autissier -> L'avons-nous vraiment tous ? Moi, j'ai l'impression que tout le monde est en général à sa place, c'est toujours le regard qu'on porte sur moi, et m'a façon de m'y laisser porter qui m'interpelle ;
-> lancelot -> le regard des autres fait faire de grandes choses, mais le regard sur soi est essentiel pour s'accepter. Il y a une seule chose dont je suis à peu près sûr, c'est ma part de générosité. Et tant pis pour ma part d'immodestie. -> Christophe -> merci de l'affirmer, mais je reste seul détenteur de ma vérité profonde ;
-> MarcelD -> L'honnêteté... Le verni, même durci par le temps, suffit-il à donner de la consistance ?
-> M. -> Les élans aussi sont toujours sincères. J'ai hâte de te retrouver ce soir ;
-> Fauvette -> Comme quoi, j'ai vraiment du talent dans l'usurpation... Je t'embrasse. Merci de t'être laissée émouvoir.

Écrit par : Oh!91 | 23 mars 2008

Dans une autre vie, dans une groupe de travail psy,il nous fut demandé de Se définir par un ou deux mots,sans hésitation
j'écrivis CAMÉLÉON ,chaque changement de "couleur" est sincère
parce que VITAL ,dans chaque "peau" j'accomplis la tâche qui lui colle.C'est tenir le contrat fait avec moi même.
Dans le miroir le regard vert que j'y vois ne me fait pas rougir.
Pas d'usurpation ,simplement faire ce que l'on peut à un moment donné.

Écrit par : mume | 23 mars 2008

Où est-il mon commentaire ?sniff!!

Écrit par : mume | 23 mars 2008

On est tous des usurpateurs, Oh007... Le reconnaitre, c'est sans doute se révéler un peu. Peut-on se présenter au monde avec nos peurs d'enfants, nos méchancetés d'adultes, notre côté "noir" ? Pas vraiment, alors on se rend plus présentable... en héros de la révolte étudiante, en bon élève, en bon père, en bon manager, en expert hors pair, etc... Et des habits qu'on choisit, on peut approcher la vérité. En jetant aux orties, ton habit d'hétéro ou de bi, tu t'es conformé à ton idéal d'opération "mains propres". Je comprends que tu le regrettes, comme je comprends aussi ton désir de "transparence". Il me semble quand même, qu'à vouloir se montrer tjs "plus blanc que blanc" on "s'efface" un peu soi-mm. Et qq part, ça colle pas bien avec le "entre-2", non ?

Écrit par : DonDiego | 25 mars 2008

Fait-on autre chose, jamais, que jouer des rôles ? L'important, comme au théâtre, c'est de bien les jouer, et de refuser ceux qui nous rendent malades.
A l'opposé, qu'est-ce qu'"être soi-même" sinon jouer un rôle qui nous plaît ?

Pour les enfants, j'ai songé à revendre les miens (mon chacalito de grand m'a refilé sa fièvre, mais jusqu'où s'arrêteront-ils ?). On peut parler des conditions si tu veux.

Écrit par : manu causse-plisson | 25 mars 2008

Ah ouuiiiii, moi je les vends pas, mais je veux bien louer le petit (1 an, ça calme en général...) si OhBabySit est d'accord ????

Écrit par : DonDiego | 25 mars 2008

-> mume -> tenir les contrats faits avec moi même... ça, je sais faire. Mes incertitudes sont ailleurs : suis-je sûr d'avoir signé le bon contrat, pourquoi me suis-je engagé dans celui-là ? Qu'ai-je surpromis pour qu'on me fasse confiance ?... Mais le talent du caméléon, je crois que je le maîtrise assez, moi aussi ;
-> DonDiego -> pas plus blanc que blanc, mais simplement authentique ; ça, c'est ce que j'arrive bien à faire avec ce blog, rester sincère quoi qu'il en coûte, et c'est pour ça que j'aime ça : je livre ma part d'usurpation, et par le fait, je m'en affranchis. Je continue à payer ma dette ;
-> manu -> Pour continuer en te répondant : je suis assez d'accord, je joue là un rôle qui me plait. Autrement, annonce ton prix, je suis peut-être bien preneur !
-> DonDiego 2 -> Je suis pas fan des location-ventes...

Écrit par : Oh!91 | 26 mars 2008

à Oh10% : et qui a donc l'avantage d'être ton débiteur ??? Tu viens donc ici comme à la confesse ???
Tssss.... t'as pas bien lu : je ne te propose qu'une location simple ; ça s'achète pas chez Auchan ces nains-là... et mm si, je serais pas sûr de récupérer le même !!!

Écrit par : DonDiego | 26 mars 2008

Usurper, peut être mais si il n'y a pas de plaintes et que ça rend les gens heureux pourquoi pas ... on en revient un peu au masque. Mais oh fait gaffe tu froles le surendettement ;-)
Bises.

Écrit par : Bougrenette | 26 mars 2008

-> DonDiego et Bougrenette -> Moi je paye des dettes qui me coûtent rien, c'est l'avantage d'être dans l'immatériel. C'est le genre de dette que plus tu en paye, plus tu t'enrichies. En l'occurence, je la paye un peu à vous tous, et à travers vous, à là d'où je viens, là où je suis, un peu aussi à là où je vais... bref, puisque je me sens redevable, je paye, voilà tout !

Écrit par : Oh!91 | 27 mars 2008

Le concept de la dette qui coûte rien, ça doit rendre insomniaque ton banquier, ça !

Écrit par : DonDiego | 28 mars 2008

Don Diego,
Tu me boudes ?
;)

Écrit par : Fiso | 28 mars 2008

à Fiso : ouais... il est tro nul ton blog en ce moment. Et en plus tu te la pètes en bilingue. Et tu me parles mal avec des mouches et des mots grossiers. Alors je viens chez mon pote Oh!. Bien fait ! ;-). Lui il est gentil et en plus, je savais pas que c'était un héros... Dingue !!!

Écrit par : DonDiego | 28 mars 2008

-> DonDiego -> Héros et gentil, Zorro, quoi, ou pas loin... Bon, mais j'ai décidé de tomber les masques, alors contentez-vous d'Olivier pour cette fois. Même mon banquier, j'arrive pas à l'empêcher de dormir...

Écrit par : Oh!91 | 29 mars 2008

Ne me dis pas que tu oses draguer un banquier ? Pas pour de l'argent au moins ?

Écrit par : DonDiego | 31 mars 2008

-> DonDiego -> ma devise : rester toujours ouvert à toutes les expériences.

Écrit par : Oh!91 | 31 mars 2008

Bon, c´est pas moi qui allais te laisser sur un truc pareil. Même si j´ai pris mon temps, mais tu me connais. Je vais commencer par t´engueuler, mais ça non plus, ça va pas t´étonner.

Alors comme ça tu veux faire ton Superebeu, te fouetter en public comme à l´Achoura ? Faire le coupable, c´est un rôle difficile, ça, je suis pas sûr que tu sois taillé pour.

Fais pas l´enfant gâté qui se plaint de pas avoir assez de jouets. Tu as eu, tu as une vie bien plus épanouie que la plupart des gens. Tu as mis le temps avant de sortir du placard ? Comme presque tout le monde. A l´époque de tes premiers désirs, t´étais vraiment seul, t´avais pas trop le choix, y´avait pas les blogs pour partager des expériences et y trouver le courage. La société ne s´y prêtait pas. Oui, il y avait déjà des militants méritoires pour faire bouger les choses. Mais tu as déjà beaucoup fait dans ce registre, ne t´en veux pas de ne pas avoir été également de ce combat d´avant-garde.

Question couple et famille, t´es pas non plus le seul au monde à regretter ce qu´il a fait ou non dans le passé. Et il y a 10 ou 15 ans, tu n´étais pas le seul à être différent : le monde l´était aussi. Sur certains sujets, il a changé profondément en peu de temps, et pour une fois en bien. Elever son enfant en assumant et vivant pleinement son homosexualité n´était pas vraiment une option disponible à cette époque. A nouveau, arrêtes donc de te reprocher de ne pas avoir été toujours un pionnier.
Et si, par décision ou accident, tu avais eu un enfant avec ta compagne avant de faire ton coming-out, cela n´aurait rien eu non plus d´une usurpation ! Ça arrive quand même ce genre de chose quand un homme vit avec une femme ! Ce couple était un mensonge ? Et c´est pas le cas de centaines de milliers de couples 100% hétéro ? Eux aussi ils prennent parfois la décision d´avoir un enfant malgré leurs doutes intérieurs sur la viabilité du couple, qui se sépare peu après. Mais l´incertitude ou l´indécision ne sont jamais une usurpation.

Là où carrément tu me fais marrer, c´est quand tu inverses effets et causalités en te faisant passer pour un usurpateur dès l´enfance. On dirait une autocritique maoïste ! T´apprenais ça chez les jeunes cocos ?
Tu as bénéficié des conséquences de tes qualités intellectuelles et sociales ; tu en as probablement été conscient très tôt, ainsi que des conséquences positives de ces qualités, et des portes qu´elles t´ouvraient, ce qui te motiva. Mais même en étant le plus doué et cynique des acteurs, on n´est pas bon en maths, en arabe ou en sport par usurpation : on a les résultats ou non. Et un gamin ensuqué et gnangnan ne devient pas par miracle enjoué, contre sa nature profonde, dans le seul but de plaire à ses parents ! C´est surtout pas à moi que tu vas faire le coup !

Ta seule usurpation, elle est dans ton post. Dans cet essai raté et lamentable de prétendre déguiser en cynisme et arrivisme ce qui n´est autre que ta vieille culpabilité omniprésente, ta soi-disant dette.

Aies les couilles d´assumer tes qualités. Tu ne te débarrasseras pas de ta culpabilité en les niant, mais en ayant le courage de les assumer avec humilité, sens de la responsabilité, et une bonne dose d´auto-dérision, ce qui n´est pas pareil que l´auto-flagellation.
Tu as grandi dans un contexte familial qui t´as permis de disposer de certains outils intellectuels et sociaux. C´est pas en crachant dans ta soupe, ni en prétendant que tu l´as volée, que tu nourriras les autres, bien au contraire. Mais en mettant ce progrès personnel au service du progrès collectif, qui en a tant besoin. C´est ce que tu as fait, c´est ce que tu fais. Alors il est où le problème, à part celui que t´inventes ?

Écrit par : zarxas | 18 avril 2008

Je partage pas mal des remarques de Zarxas. Une éducation judéo-chrétienne matinée de communisme;ca laisse de bonnes bases, mais il faut aussi s'en échapper. Je trouve que Mr Oh! a déjà fait pas mal de chemin. Il lui en reste à faire un bout, comme nous tous.
Quand aux couilles et à l'autodérision, il ne semble pas en être totalement dénué, ni des unes, ni de l'autre, si j'en crois une lecture attentive de son blog. Tenir ce blog est la preuve de son autodérision. Sans parler du rôle joué par les premières.

Écrit par : JG | 18 avril 2008

@ JG:

Mais bien sûr, il a largement les outils nécessaires pour sortir de cette situation dans laquelle il se met lui-même. Mais il les uitilise pour nier ses qualités et s´en punir, non pour les assumer avec humour et distanciation. Résultat: j´suis obligé de l´engueuler pour lui faire comprendre que c´est un mec formidable, sincère et courageux.
Mais bon, c´est p´têtre aussi qu´j´aime bien l´engueuler. Et d´ailleurs, j´suis pas sûr que ça lui déplaise, lol!

Écrit par : zarxas | 18 avril 2008

-> zarxas -> C'est aux séances d'entrainement que tu prends avec Wajdi que t'affines à ce point l'art du contre-pied ? Comme il dirait : "Alors bosse ce coup et sa vélocité et tu vas bien t'amuser. Possible aussi ke son efficacité te fasse peur. En tout cas, dis toi ke si c'était pas efficace, on le verrait k'en assaut et pas en combat."
Bon, ben tu perds rien pour attendre, je te répondrai assez vite. Mais ça méritera une note. Ah! j'oubliais, juste une petite chose : je suis bien un usurpateur, peut-être même pire que ce que t'imagines. M'interroges pas moi, Zarxas, interroges-toi, ou interroges le reste du monde !
-> JG -> Autodérision ? Bah ! j'ai encore de la marge pour progresser dans l'humour. "Oh!91, humoriste", ce pourrait être ma prochaine usurpation... Mais un espace pour pas me prendre qu'au sèrieux, ça c'est sûr que ce blog en est un.

Écrit par : Oh!91, usurpateur patenté | 19 avril 2008

Je serai très curieux d'assister à cette prochaine métamorphose : 'Oh!91 humoriste'. En direct si possible ! Prenons rendez-vous...

Écrit par : lancelot | 19 avril 2008

-> lancelot -> Ben toi, dis donc, dis tout de suite que je te fais pleurer... !

Écrit par : Oh!91 | 19 avril 2008

Pleurer, rire, grogner, vitupérer, sourire... Tout. Vers le haut, vers le bas, à droite, à gauche, tout. Sans qu'il ne soit jamais question d'exploit ni de performance. Et j'assume. Tout.

Écrit par : lancelot | 20 avril 2008

Lancelot,
Haut, bas, droite, gauche ? Vraiment ?
Comme dans "Et la tendresse bordel" ???

Écrit par : Fiso | 20 avril 2008

-> lancelot -> Je crois que ce que je préfère encore, c'est quand je te fais sourire le sourcil gauche vers le haut. Mais tout ce que t'assume me va aussi...
-> Fiso -> En fait, t'es curieuse, et t'aimerais bien savoir, hein ? Qui vers le haut, qui vers le bas, qui à droite, qui à gauche ?... La tendresse a bon dos.

Écrit par : Oh!91 | 20 avril 2008

Très beau billet parce qu'il est nu, honnête, sans complaisance et sans autoflagellation ostensible. La vie que l'on se choisit, les choix que l'on fait nous en apprenent beaucoup sur nous-même si on veut bien faire l'exercice difficile de les regarder en face. Chapeau.

PS : un aparté, si vous permettez. Votre entrée en matière m'a fait immédiatement pensé à Zelig avec W.allen. Le côté caméléon évidemment.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zelig_(film)

Écrit par : Gicerilla | 02 novembre 2009

-> Gicerilla -> C'est drôle, parce que ce côté "caméléon", ce mot même,, ne me viendront à l'esprit que plus d'un an après avoir écrit ce billet, en commençant ma thérapie et en comprenant, pas encore pourquoi, mais comment je me dépersonnifiais... Merci pour votre chapeau, il est superbe et il me touche.

Écrit par : Oh!91 | 02 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.