Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 décembre 2007

...et aussi, j'aurais aimé...

Et puis zut ! En 2007, il y a les "je n'ai pas aimé", les "j'ai aimé". Mais il y manque les "j'aurais aimé". En voici quelques uns. Pas puisés dans les souvenirs, ceux-là, mais simplement dans les rêves.

En 2007, j'aurais aimé :

-dire merde aux gens qui m'insupportent,
-envoyer l'adresse de mon blog à tous les gens que j'aime,
-tester me branler sans prépuce,
-avoir des semaines à 15 soirées, pour sortir d'avantage sans fâcher mon mec,
-partir au Mexique avec Fiso,
-que la gauche soit de gauche,
-passer une vraie soirée avec les copains à la Comète,
-m'offrir les services d'une femme de ménage,
-ouvrir ma chambre d'amis à Boby,
-te rencontrer, encore et encore,
-passer deux heures en toute simplicité dans un café avec WajDi,
-ou sur des gradins,
-vous avoir tous dans ma maison de famille du Lot à la belle saison,
-.....
-.....
-ou au contraire, ne pas avoir connu cette ivresse nouvelle, cette emprise, en être resté à la sérénité où j'en étais rendu, et m'égailler autrement, sans égarrement. Sans te connaître, sans t'accueillir, sans te croiser, sans te chercher éperduement...

Allez, 2008, c'est dans quelques heures, maintenant. D'autres rêves seront permis. Tu en seras. Promis !

19:00 Publié dans eaux bouillantes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : blog

Tire-toi, 2007, on t’a assez vue !

En 2007, année pourrie, je n’ai pas aimé :

-les rafles d’enfants et les reconduites à la frontière,
-la suppression de Paris-Budapest sur Sky-Europe,
-la dvision de la gauche anti-libérale à la présidentielle,
-que la température de la planète ait encore augmenté de quelques fractions de degré,
-la mort de Lucie Aubrac et l'assassinat de Benazir Bhutto,
-l’installation d’une droite décomplexée au pouvoir,
-la mort de 24.000 enfants, chaque jour, à cause du manque d'eau propore,
-Les yachts de luxe et les jets privés de Vincent Boloré,
-le choix d’une diva pour porter les couleurs de la gauche,
-les 15 milliards d'euros de cadeau fiscal aux plus riches,
-que les journées ne fassent que 24 heures,

En 2007, j’ai aimé :

-découvrir WajDi,
-m’introduire dans la blogosphère,
-rencontrer Sophie, Boby, Valérie, Christophe, Franck, Yo, Nicolas…
-mon été à Budapest,
-retrouver Zoltan et faire l’amour avec lui,
-la célébration de Guy Môquet et de la Callas,
-nager, danser, faire l’amour dans la même eau,
-me noyer dans des yeux bleu cristal,
-raconter mes frasques et mes états d’âme,
-faire la connaissance de Saiichi,
-faire grève quand les média nous crachaient à la gueule,
-notre trio explosif avec Alek et Teddy,
-la victoire de Brahim Asloum aux championnats du monde de boxe,
-Cabaret, Ibrahim Maalouf, Romain Gary…
-que Boby décide de continuer la route,
-me branler plusieurs fois par jour à la lune montante,
-recevoir la confiance de mes supérieurs,
-tout te dire. Sans rougir.

 

30 décembre 2007

C'est comment, le bonheur ?

625cb9225afba772a4763e10afc88b89.jpg

C'est comment, le bonheur ?

publiée le 11 décembre 2007 sur le blog de Manu Causse - Plisson

____________________

Redescendant du terrain de chasse de mes ancêtre, une vis de 6x50 et quelques échardes plantées dans les mains, je me disais in gepetto les choses suivantes :

"Putin, Causse-Plisson (vu que c'est comme ça que tu signes, maintenant), t'es vraiment con ou bien ? Le bonheur est là, devant toi ; il pourrait te gifler tant il est proche. Et toi, tout ce que tu sais faire, c'est te torturailler pour savoir si, pour te demander comment, pour l'éviter comme un GI sous la mitraille viet...

Regarde, crétin : tu viens d'une famille qui sait ce qu'aimer veut dire, tu vis auprès d'une femme exceptionnelle, d'enfants qui sont les graines de plantes uniques, entouré de copains aussi doués pour la vie que pour l'art ou le rugby... et toi, toi, tu pignes (terme angevin obligeamment prêté par Princesse) et tu roumègues (oc ben) comme un mécontent dans une comédie du XVIIe. Le genre torturé, quoi, façon Gentilhomme de Venise ou Hamlet.

Tu cours après des choses dont tu ignores ce qu'elles t'apporteront - quoi, d'ailleurs ? L'argent, la gloire, la LLLittérature ? Quoi d'aurte, la sérénité ? Ou juste donner à tes fils l'exemple du bonheur, pour qu'ils soient heureux à leur tour ?

Remarque, pour les deux derniers, je peux te comprendre (d'autant plus que c'est moi qui parle). Ceci dit, encore une fois, tout ça semble à ta portée (et à celle de tout le monde). Mais te voilà tout geigneux pour un rien, et ça, biloute, ça m'agace."

Je m'interrompis pour me faire remarquer que, question râles et geignardises, je m'étais nettement calmé (quoique de regrettables accès soient parfois visibles sur ce blog, non ?). Et que savoir qu'on est sur la piste n'empêche pas, parfois, de se demander si on n'est pas perdu.

"- Perdu ?, repris-je, mais qui te parle de te perdre ? D'abord, même si tu voulais, tu ne pourrais pas. Partir dans toutes les directions, explorer les choses qui ne se font pas ou ne se disent pas, c'est ça qui te fait peur ; mais au fond tu sais parfaitement que tu ne peux que t'y trouver, pas t'y perdre. Ou alors que c'est la même chose."

Je m'arrêtai un instant sur le bas-côté pour regarder passer les camions de grumes et fumer une cigarette rescapée de la poche de mon manteau. J'avais envie de faire taire quelques instants cette voix gourouïque (ou gourienne ?).

L'air était vif comme des restes de neige entre les graviers ; une cascade chahutait son chemin vers Garonne. J'étais sorti des Premières Gorges, mais il m'en restait quelques-unes à franchir (danger, chutes de pierres). J'étais un petit bonhomme vu de loin, avec son bonnet sur la tête et sa barbe de trois semaines, près de sa voiture, quelque part dans les contreforts des montagnes.

Et rien de tout ça n'avait la moindre importance.

La cigarette fumée (j'étais abstinent depuis la veille, elle avait un goût de joyeuse nausée), je remontai dans la voiture, fermement décidé à faire et dire ce que j'ai toujours cru ne pas pouvoir oser. au cas où ça serait ça, le bonheur.

Sujet de bac : Peut-t-on oser être heureux ? Seul, contre, ou avec les autres ?

Commentez et développez cette citation de Michel Audiard : "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît".

04:00 Publié dans mes amis blogueurs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bonheur

29 décembre 2007

Sur la route...

ca7c6f29ef143c60b4daa0a0748fc636.jpg

Boby nous a reçus avec chaleur, nous a offert le café avec à l'est vue sur le champ. Il nous a guidé dans Arles avec faconde : la courbe du Rhône, dans sa lumière déclinante, les vieux quartiers, la maison Acte Sud, la voûte de l'Hôtel de ville, le patio de l'Hôtel Dieu, restauré à l'identique de ce que Van Gogh en a peint, le café La Nuit, peint aussi par Van Gogh (avec pause chocolat-chaud, pour récupérer du froid et de la nuit), les arènes, le théâtre antique, l'église de la Major, la tour des mourgues, murée pour empêcher les bonnes-soeurs de s'échapper vers les quartiers mal-famés...

A chaque étape, il nous a dit des anecdotes : des travaux arrêtés à cause de trouvailles archéologiques en sous-sol, 2289ecc24ae6d8821f962bc832a518fa.jpgdes normes de sécurité imposées par l'Union européenne qui conduisent à dénaturer du patrimoine antique, le petit quartier culturel où ils aimaient venir avec Monique.

Monique est là, dans sa voix, dans l'amour qu'il a pour Arles, dans les mois qu'ils ont passé à y chercher une maison pour lui permettre d'y finir ses jours. Il nous montre les lieux qu'elle aimait et nous dit ses petits agacements devant la saleté des rues ou des restaurations mal faites.

Il a insisté pour que nous restions diner. J'en avais envie, il a fallu négocier un peu avec ma mère et ma belle mère, plus enclines à rentrer.

Xavier a épaulé son père et pris le diner en main. Karine a récupéré d'une après-midi de mécanique, avec son ami Christophe, dans le froid et le camboui. La boîte de vitesse et l'embrayage sont installés et fonctionnent. Reste à résoudre un problème de démarreur. Fred et Igor sont restés un temps à part à parler d'art dans le petit bureau de Boby et de Monique.

Pendant le dîner, Christophe a parlé de son périple en Hongrie, il y a cinq ou six ans, et d'une rencontre qui a compté pour lui avec un certain Jenö. Karine de sa perspective de travailler à la régie technique de la Maison des arts de Créteil. Fred de dessin, et des techniques auxquelles il s'essaye. Il a un sacré coup de crayon ! Xavier a parlé trompette, et a promis de nous inviter pour un prochain concert à Montreuil, le 19 janvier.

On a parlé photo. Pour Boby, "Xavier, il a un regard", il va saisir ce que personne d'autre n'aura vu, "Karine, elle est dans la composition", elle-même se sent encore enfermée dans des règles apprises, "Fred, c'est l'agencement des couleurs", et ces semaines passées à Arles lui ont donné l'occasion d'y travailler.

Aucun d'eux n'a choisi une voie facile et sûre. Je le savais, Boby évoque ça sur son blog. Il s'en ennorgeuillit, en même temps que ça fait de lui un père inquiet. Normal.

Dans la voiture, au retour, ma mère et Igor ont dit avoir ressenti du bien-être au milieu de cette famille. Deux familles qui ne se connaissaient pas, assez différentes, mises comme ça l'une en présence de l'autre, ce n'était pas évident. je me doutais bien que ça se passerait simplement.

Moi, j'ai été heureux de mettre à boby de la chair, un timbre et un accent (et quelques paquets de Gitane). Un grand monsieur, qui en impose par sa taille, sa culture, son verbe haut. Et de voir ces jeunes dans cette générosité-là, qui se pansent les uns les autres en entourant leur père.

Merci à vous tous de votre accueil. Tant de fois au sortir de l'été, moi et d'autres avons poussé votre père à vous solliciter. Il avait besoin que vous le secondiez, et surtout, que vous soyiez près de votre mère. Tant de fois il y songeait, mais ne voulait pas, ni Monique, vous bousculer, vous fragiliser encore dans vos projets, vos constructions. Vous ayant au téléphone, l'un ou l'autre d'entre-vous, ils minimisaient les difficultés, je crois, pour vous préserver. Finalement, vous aurez été là. Au bon moment. Aux bons moments.

Merci à toi en particulier, Xavier, d'avoir trouvé les mots pour que Boby décide de continuer la route.

Boby, on n'a pas eu notre intimité cette fois-ci, pour nous parler d'homme à homme. Famille-famille, ce n'est peut-être pas comme celà que nous avions imaginé nous rencontrer. Il faudra donc une deuxième fois.

Pour vivre enfin

180d0044a7531cf4ee897a4922b09378.jpg

Pour vivre enfin

publiée le 27 août 2007 sur le blog de Bougrenette

____________________


Il s’est glissé sous l’eau chaude et douce,
En fermant les yeux,
Contentement, un sourire au coin des lèvres
Heureux d’en avoir fini
L’eau dégouline, goutte à goutte, le long de son corps.

Elle a aussi fermé les yeux,
Pour dériver en imagination
Le visualisant doucement
Les contours se font plus nets
L’émotion dégouline seconde après seconde, le long de son corps.

Il n’a pas bougé,
Elle s’est faufilée
Contre sa peau,
Ses mains ont dessiné, sur l’épiderme mouillé
Un plaisir en cœurs à corps
Tendre enlacement d’un désir qui se devine
Sa bouche dans l’ombre des caresses
A suivi un chemin le long de ses reins,
Elle pourrait finir ainsi,
Simplement imaginée
Fatalement fantasmée.

Il a ouvert les yeux …

Elle a frappé ...

Elle avait mis fin à sa vie
Pour vivre enfin sa mort.

28 décembre 2007

Hommage au sport

Noël, c'est la saison des Best-off. J'ai glané quelques articles ici ou là qui m'ont particulièrement touché, et je te les livre, là, pendant les fêtes. Une façon de dissimuler ma petite paresse des confiseurs.

2389385711054f4ad6bc7b74b0d09ae0.jpg

Hommage au sport

publié le 6 novembre 2007 sur le blog de WajDi

____________________

Faut rendre hommage régulièrement à ckon a inventé de mieux depuis k'on a un corps : toutes les disciplines ki le mettent en mouvement.

Le corps ki bouge dans l'air, ça fait du vent. Les accélérations du mouv, ça fait comme un massage à l'intérieur. Ca essore les liquides ki le composent. Moi j'kiff de sentir la sueur ki refroidit ma peau, la caresse de l'air... ou de l'eau comme mon blogpote Oh! ki explike mieux ke moi l'avantage de s'y mettre :

(là, WajDi me cite, dans un extrait que tu peux retrouver là)

J'crois ke bouger, ça rend intelligent. Ca apprend l'équilibre, l'esquive, l'exigence de la protection, la lecture de l'otre. Apprendre et progresser, c'est l'étape la plus constructive, la plus motivante.

Et puis au bout d'un moment, fo trouver la motivation dans des choses plus subtiles. Comme un musicien ki fait ses gammes, on répète des enchainements a l'infini. Pour lustrer les réflexes. Le corps est prêt mais les neurones désapprennent. Fo les réactiver encore et toujours. Pour gagner le centième de seconde ki fera la différence dans le combat.

Mon kiff, c'est la boxe. Peut être paske je sentais pas assez mon corps pour k'une caresse suffise à le faire exister. 6ac79f3cb6669c4e6f9f8190567fdd05.jpgMais cki compte, c'est les heures k'on passe ensemble. A se fritter, se chambrer, se contacter... se soigner ossi, pask'on laisse jamais un collègue dans la misère.

L'entrainement, c'est un moment où tu partages. Avec des personnes ke tu verrais pas forcement ailleurs. Une sorte de mixité pas donnée d'avance. On apprend à se connaitre, se comprendre et se respecter. A voir autre chose ke la face k'on montre. Il ya kelkechose de doux dans ces instants là.

Kan le rythme monte, tu prends de plus en plus confiance en toi. Tu te concentres. T'es vraiment là au lieu d'etre dans tes soucis et tes pensées.

Et kan t'es au bout de toi-même, t'es forcé de faire voir vraiment ki tu es. Le sang, la douleur, l'asphyxie, ca te donne plus la force de mentir. Tu apparais au monde, aux autres. Et tu te rends compte avec surprise, k'ils t'acceptent comme tu es.

Après si tu kiffs pas donner ou prendre des coups, tu peux te limiter aux assauts. C'est ke du style, sans appuyer les frappes. C'est moins authentik, mais c'est beau comme une danse et tout aussi interessant sur le plan technik :

Bonne pratik à tous !

27 décembre 2007

tonton et tonton

Froid mordant sur la Provence, lumière de givre. Matin fébrile. Toutes les pièces de la maison ont été transformées en dortoire. Sauf la mienne et celle de mon frère - respect de l'intimité des couples. La maisonnée dort encore.

Mes trois nièces sont arrivées hier : elles sont grandes maintenant, toniques. Alice a la coupe au carré. Les cheveux courts lui vont bien. Elle est heureuse de savoir qu'elle passera cet été deux semaines avec nous en Thailande pour ses 18 ans. Sabine a reçu un microscope, histoire d'entretenir sa fibre scientifique. Elle excelle désormais au violon, je lui ai entendu répéter le 1er concerto de Bach hier soir, on devrait avoir un récital dans la journée. Elsa reste la pitchoune. Des heures seules dans son coin à lire ou dessiner, et un minaudage sans pareil devant son assiette : manger est sa torture quotidienne. Elle sépare les aliments, leur enlève la sauce, et reste des heures avec sa fourchette devant les yeux sans la porter à la bouche. Et elle souffre. Et elle prolonge sa souffrance.

Ces trois-là, qu'est-ce qu'elles aiment leurs tontons ! C'est un bonheur pour nous, ces paquets de Noël, où est écrit "à tonton et tonton".

Hier, j'ai retrouvé le chemin de mon ancienne piscine d'Aix, Louis Blanc. Et il m'a fait bon me dégourdir, empiffré que je suis de sucreries en tout genre. Pour m'y rendre, j'ai expérimenté le GPS offert par mon mec. J'aurais pu faire la route les yeux fermés, c'est top de précision ce machin-là. Il te dit même de prendre la file de gauche pour ne pas rouler dans la ligne de bus !

Aujourd'hui mon frère fait venir un vieux copain de lycée, avec sa femme et sa fille. Nous serons douze à table. Ce n'était pas prévu et maman est un peu en panique. Elle prend de l'âge.

Ah! J'oubliais : j'ai reçu un appel qui m'a fait plaisir.

Et demain, jour attendu ! Je vois Boby. Ce sera une rencontre étonnante : lui sera avec tous ses enfants, encore en plein deuil, attachés à mettre de l'ordre dans leurs pensées, leurs souvenirs, et les affaires de leur mère. Moi je serai avec ma mère, mon mec et ma belle mère. Ils ont voulu profiter de l'occasion pour découvrir Arles et Boby s'est proposé comme guide.

Je suis impatient. Karine a lu mon blog, paraît-il, et serait curieuse de me connaître aussi. Pourvu qu'ils n'en parlent pas, de ce blog, devant ma petite famille qui en ignore tout.

Ca y est, ça commence à piailler, les enfants émergent : je vais pouvoir sortir de la chambre. Je pense à toi. Je sais que ton Noël n'a pas forcément été joyeux. Tu en connaîtras d'autres.

10:50 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : famille, Provence, hiver

La haine décomplexée

fb219dcb1821589e3ec75f392575037e.jpg

Elle est partout, elle s’étale, se répand comme une boue putride et collante.

Pas celle dont Zola dit : "La haine est sainte. Elle est l’indignation des cœurs forts et puissants, le dédain militant de ceux que fâchent la médiocrité et la sottise."

Pas celle qui pousse l’opprimé, victime de l’injustice, à se rebeller contre un pouvoir inique ou criminel.

Non, la haine ordinaire, celle du pauvre contre le pauvre, de l’exploité contre l’exploité, de la victime contre la victime.
Et cette haine là annihile la révolte sociale. Elle ronge, détruit, tue, pousse aux pires bassesses.

J’ai été particulièrement choquée de lire que son hébergeur a dû fermer le fil de commentaires du blog de Moushim, alias Chamoo, victime de l’accident de Villers le Bel. De nombreux internautes y avaient déversé des commentaires haineux, racistes, irrespectueux.

Mais qu’est-ce qu’il peut bien y avoir dans la tête de quelqu’un qui va vomir sa haine sur le blog d’un jeune homme de quinze ans, mort dans un accident ?
Protégés par l’anonymat les salauds se lâchent.
La haine dit le Petit robert "Sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à quelqu’un et à se réjouir de celui qui lui arrive."

Elle est désormais partout. Sur Internet elle est omniprésente. En quelques échanges, un forum de discussion peut devenir le lieu d’un pugilat sans pitié où les insultes balaient les paroles sensées et où la raison se meurt.
C’est le premier pas vers la violence physique, sous jacente, prête à éclore.

Elle témoigne d’un immense et odieux malaise niché dans les entrailles de la société. (Pas seulement française, le phénomène est identique en Italie)

Elle assassine la liberté d’être, de penser, de créer.

Mais le crime, c’est bien connu, rapporte toujours à quelqu’un.

Tant que les humbles sont occupés à se haïr entre eux leur ire épargne les puissants, les gouvernements injustes, les vrais privilégiés.


Et les mesures contre le bien être du peuple s’enchainent les unes aux autres, irrésistiblement, sournoisement, ne provoquant que quelques remous vite étouffés car la haine de l’autre a pris le pas sur la révolte.

L’extraordinaire perversité des gouvernants actuels, appuyés par des médias inféodés au pouvoir, qui transforme les victimes de la politique anti sociale menée depuis des années en parias, consciencieusement, pour préserver le capital, ses princes et ses sbires, porte aujourd’hui ses infects fruits au goût de mort.

La haine, le mépris, ils en connaissent toutes les arcanes, ceux qui ont orchestré, depuis des années, la destruction de la sagesse, de la raison, de la solidarité, du sens de l’humanité.

Mais cette politique de l’apprenti sorcier, cruelle et violente, est aussi d’une consternante bêtise, car qui sème le vent pourrait bien récolter une tempête dont la violence nous laisserait tous exsangues et meurtris.

« L’hymne de la haine ne profite pas à l’humanité ». Gandhi