Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2008

Moi et les bi

 

1f3d4872c726e7c675e662298ea615a0.jpg

C'est bizarre, mais au détour de la préparation d'un petit billet-bilan sur moi-même l'autre jour, il m'est apparu cette chose, au demeurant assez accessoire : que j'étais surtout attiré par les mecs bi. Bon, je ne parle pas des rencontres occasionnelles, celles qui se jouent sur un regard dans un café, ou sur une érection dans un vestiaire. Parce que là, évidemment, l'état civil n'apparaissant pas dans le bleu de l'oeil, et n'étant pas non plus tatoué sur la peau... Non, je parle des rencontres provoquées. Celles où tu fouines, où tu navigues sur le Web, où tu te laisses emballer par un discours, un style, une démarche... Et force est de constater qu'assez régulièrement, dans ce cas-là, je me retrouve nez-à-nez avec des hommes qui se revendiquent bisexuels.

WajDi a été le premier, avec son pouvoir magnétique à faire chavirer n'importe qui, et qui m'a pris dans la toile de la blogosphère pour longtemps. Après lui, il y a eu Boby. Plus qu'un bi-sexuel, un homo qui a épousé une femme, et l'a aimée toute sa vie dans la transparence totale de sa sexualité. Puis il y a Christophe, marié et père, lui aussi, mais qui a su s'aménager des espaces de liberté pour jouir des hommes. Il y a aussi B. alias Fred, rencontré lors d'un plan-cam (les initiés reconnaitront) et devenu correspondant régulier sur MSN, désormais ami, "pote de l'intime" - lui encore amoureux de sa femme, en quête d'enfants, mais surtout attiré par les hommes. Il y a Marco, aussi, qui tient un blog pour exorciser ses rencontres masculines extra-conjugales, mais qui trouve le moyen de tomber amoureux... d'une autre femme. Il y a Madeleine, qui dit vivre ouvertement sa bisexualité vis à vis de sa meuf, mais dont tout dit qu'il n'a pas fini de se chercher lui-même. Il y a Jean-Luc, rencontré lors d'un plan cam, lui aussi, qui a traversé la France au décès de sa femme, pour se rapprocher de son ami dans le sud, lui aussi marié, qui brûle de dire la vérité à son fils de dix-huit ans, mais n'en a pas encore trouvé le courage. Une histoire à la Brockeback Mountain...

Mon propos n'est pas ici d'essayer d'analyser la bisexualité, peut-être d'ailleurs parce qu'elle n'est pas à comprendre. ae62ad47c6221c0416d13d4900934ab8.jpgElle est, point. Et elle est plurielle, à ce qui semble. Mais je m'interroge sur moi : pourquoi j'ai cette attirance.

Que ce soit bien entendu entre-nous, le sujet ici, c'est bien moi : mes réactions, ma façon de donner de l'importance à cette chose. Ce n'est pas la chose elle-même. Ne me refais pas le coup de la porte de la salle de bain (voir ici), où tu t'es acharné à m'expliquer que le recours de mon frère à la pudeur n'était que trés normal, alors que je ne m'interrogeais que sur le pourquoi de ma réaction démesurée par rapport à cette étape de l'enfance.

J'en reviens donc à cette question : qu'est-ce que je peux bien chercher en allant à la rencontre de ces hommes ? Et là, je veux bien que tu m'aides à comprendre. Est-ce retrouver mon histoire ? Est-ce convaincre - par la preuve de mon histoire - qu'ils sont gays sans s'assumer ? Est-ce protéger ma relation en rencontrant des hommes inaccessibles, enfermés dans des secrets plus grands qu'eux, de toute façon indépassables ? Est-ce me rassurer à travers des formes plus riches et plus complexes de sexualités ? Est-ce l'illusion de séductions plus puissantes parce que tournées aussi vers les femmes ? Comme avec de la virilité en plus ?

Est-ce simplement avancer vers un fantasme assez commun chez les gays : emballer des hétéros ?...

 

Commentaires

Cela vient certainement de ton histoire personnelle, de ta vie avec une femme qui te permet de comprendre la bisexualité et de l'accepter surtout par rapport à pas mal d'homos.Et puis aussi ton écoute même s'il est vrai les mecs bi surtout ceux qui sont en couple et je sais de quoi je parle ne sont pas toujours facile à vivre et à suivre.n'est-ce pas ?
Après c'est peut-être aussi le hasard des rencontres, un feeling qui passe.C'est comme la question pourquoi on est toujours attiré inconciement par le même style de mec ou de nana ?

Écrit par : Christophe | 10 janvier 2008

Ya ke toi ki peut savoir ça, mais on navigue pas entre deux eaux impunément...

Moi non plus j'kiff pas trop les pd en fait. Sans pouvoir dire pourkoi. Les keums ki me branchent sont plutot bi moi ossi. Yohan etait avec sa meuf kan j'ai commencé a le kiffer. Cyprien n'a rien d'un homo bizarement, et Jason est un alumeur de meufs. On a donc le même "probleme". On pourra y reflechir ensemble.

J'ai plusieurs idées. mais elles me semblent complikées a exploker par ecrit et j'vais me faire taxer d'homophobe. Cki me derangera pas d'ailleurs, vu ke je le suis kelkepart.

Avec un bi, on s'amuse pas sur le meme plan. Ya kelkechose de clandestin, meme isolé a deux on est encore des clandestins, j'trouve et cke ca renforce, c l'amitié, la franchise, otre chose ke l'amour. Voila, dis vite fait, c cke je dirais. J'crois pas ke t'aurais eu le meme kiff avec Ali ou Mennen si ils avaient ete PD.

Écrit par : wajdi, pd et homophobe | 10 janvier 2008

J'allais me coucher... Tu parles d'une question pour trouver le sommeil...
Avant d'avoir lu WajDi, je pensais à quelque chose qui se rapproche de ses propos...
Si, tout simplement, tu n'étais pas attiré par les "bi", mais par des mecs hors "milieu" ?
Qu'ont en commun WajDi, le mecton qui se veut hétéro satisfaisant des fantasmes avec des "keums", Christophe qui préserve sa vie familiale en ne se permettant que des "5 à 7", plutôt pour lui des pauses de 13h00, Jean-luc qui aussitôt veuf se rapporche de son amant et moi, qui élevait la transparence au niveau d'un culte ?
Tous ces mecs sont, volontairement ou par force, dans la vie "normale", socialement intégrés, incapables même s'ils le voulaient de "ghettoïser"...
Si c'était tout simplement cela, ta nostalgie ?
Et les enfants ? Un petit peu les enfants, non ?

Écrit par : Boby | 11 janvier 2008

Je voudrais répondre à deux questions. D’abord, l’homophobie. Il n’y a pas d’homophobie en moi. Enfin si, un peu de cette homophobie intériorisée, dont j’ai déjà parlé. Jamais haineuse, hors mis envers moi même. De celle qui ne m’a jamais fait haïr les homosexuels, mais qui me les a fait ignorer, qui m’a rendu l’homosexualité monstrueuse, qui m’a fait peur si longtemps, confrontée à moi-même. Mais c’est d’avoir rencontré des homosexuels, d’avoir vu des couples heureux - que j’ai trouvé beaux, qui m’ont touché, qui ont fait rentrer l’homosexualité non pas tout de suite dans une normalité, mais dans quelque chose de concevable - qui m’a fait avancer et m’a permis de me délivrer. Je parlerai ainsi bientôt ici de mon ami Laurent. C’est un des gars pour lesquels j’ai aimé à souffrir. A l’époque, j’ignorais qu’il était gay. Je ne pouvais pas le concevoir, puisque je ne concevais pas l’homosexualité. Je dois dire aussi que si j’évoque cette attirance particulière pour les bi - pas vraiment consciente mais qui me saute à la figure - il n’y a pas pour autant de rejet des homos. J’ai aussi des amis gays qui m’attirent, que j’admire. Dans ce que dit Boby sur la répugnance à l’égard du ghetto, il y a sans doute du vrai.
Et puis les enfants. Je n’y ai pas du tout pensé en écrivant ce billet. Et pourtant, à te lire là, Boby, ça m’apparaît comme une évidence. J’ai de l’envie pour ces pères, que je vois élever de jeunes enfants. Cette seule « paternité » exprime comme une virilité suprême, et me renvoie moi à cette immense carence, parfois si obsedante.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 11 janvier 2008

J'ai pas vraiment d'avis sur la question ... mais j'avoue un réel plaisir a lire et la note et les commentaires.

Écrit par : Bougrenette | 11 janvier 2008

Pour toutes mes relations, je me sens toujours plus à l'aise avec les hétéros et les bis. Quand on discute ensemble, on se regarde dans les yeux, mes rapports avec eux sont plus francs, plus ouverts.
Je suis toujours un peu méfiant avec les homos, les conversations sont souvent déviées sur le sexe, ils ont souvent tendance à te regarder la braguette au lieu des yeux pendant les discussions et ça me gonfle un peu (pas la braguette) lol
C'est une image bien sur, mais c'est pour illustrer l'idée gégérale de ce que je ressens.
Je suis pourtant homo, en couple depuis bientôt 30 ans, ça ne m'a pas empêché de devenir le malheureux père de jumeaux que je rêve de voir un jour, ce qui veut dire que je ne me définis pas comme bi, j'ai fait mon choix de vie depuis longtemps. Cette petite description étant pour réaliser quel genre de personnage peut avoir une telle opinion...
Ceci dit, j'apprécie véritablement ton blog, je l'ajoute sur le champ dans mes liens, ce qui me permettra égoïstement d'y revenir souvent

Écrit par : Patrick | 11 janvier 2008

Je voulais laisser les hommes s'exprimer avant d'émettre une hypothèse, mon ressenti en tant que femme et ton amie.
Peut-être est-ce un raccourci, je crois qu'on en a déjà parlé ensemble d'ailleurs, mais ce qui me frappe depuis que je te connais, c'est la bienveillance et l'immense gratitude que tu as envers les femmes, et que tu as déjà verbalisées chez WajDi.
Il m'arrive de croiser des homos que les femmes répugnent, tout comme j'ai le souvenir d'une ex-collègue lesbienne pour laquelle nous, femmes couchant avec des hommes, étions véritablement sales. C'est loin d'être ton cas et tu dispenses de la tendresse aux uns et aux unes.
Donc, peut-être que vous partagez ça aussi : l'amour des femmes et qu'à travers eux, tu t'autorises encore à les aimer un peu ...
(les commentaires sont très riches)

Écrit par : Fiso | 11 janvier 2008

Bon moi aussi j'y vais de mon commentaire. Encore une fois je me reconnais pas mal dans ce que tu as écrit. mais mon analyse en ce ki me concerne a été la même que Boby sur l'attirance vers les mecs "hors milieu". Quant au côté père de famille, c'est en effet un petit plus à pas négliger... Et puis mon vécu d'ancien bi/hétéro (j'sais d'ailleurs pas trop ce que j'étais) y est un peu aussi. Bref, bravo à toi Oh mais aussi aux commentateurs qui me confortent dans mon analyse perso...
Biz

Écrit par : Yohan | 11 janvier 2008

Désolé pour la brutalité de ce que je vais dire et ne prends pas mes mots au pied de la lettre :

Ne serait-ce pas tout simplement parce qu'un bi est encore proche de la "normalité", c'est à dire encore connecté à la vie conventionnelle homme/femme telle que la société encore aujourd'hui regarde le couple, alors qu'un homo a vraiment basculé dans "l'anormalité", c'est à dire dans le couple homme/homme considéré comme hors norme.
Il m'apparait que la société avance plus vite dans l'acceptation du couple homo que les bis ou homos qui vivent une relation finalement pas trop acceptée et encore pleine de culpabilité.
Autrement dit il y aurait encore pas mal de travail à faire sur la psychologie des bis ou des homos pour qu'ils s'acceptent comme ils sont.
Oh! lorsque tu dis que tu tombes tj sur des bis, cela veut-il dire que tu les recherches et donc tu les trouves ou cela veut-il dire que, par le plus grand des hasards, tu tombes sur des bis ? La deuxième hypothése est peu crédible parce que tu as autant de chance de tomber sur un bi que sur un homo, statistiquement parlant.
Alors si tu tombes principalement sur des bis c'est que tu les recherchent ! Pourquoi ?
Wajdi dans sa réponse semblerait donner crédit à mon explication puisqu'il se dit pd et homophobe. Peut-être attache-t-il à "homo" la signification de "folle" ce qui exclurait une relation virile et donc amicale comme il les aime.

Écrit par : Dan-Oméga | 11 janvier 2008

J'ai une proposition : si au lieu de dire bis, homos, hommes, femmes, on disait gens ?

On tombe amoureux de gens, bordel. Leur sexe et leur sexualité est un arrière-plan de leur personnalité. Avoir ou ne pas avoir de sexe avec eux, je te l'accorde, est davantage une question de choix. L'attirance physique est un autre point ; à mon avis, elle dépend aussi de ce qu'on ose s'avouer, des verrous culturels à faire sauter ou non.

J'ai toujours l'impression - mais vous me détromperez peut-être - qu'une personne (ah non merde, j'ai dit "gens"), donc qu'un gens bi a dans une certaine mesure plus d'ouverture (quoi c'est une vanne de rugbyman ? pardon, je rentre d'un match) sur les autres et sur lui-même. Pourrait-ce (pourrèsse) être une partie de son charme à tes yeux ?

Alors, à mon avis, la question pourrait être formulée différemment : es-tu attiré par des gens biens ou par des gens qui se cherchent, se tourmentent et tourmentent les autres - disons, pour rester positif, des gens moins bien ?

Dans le premier cas, la réponse à ta question pourrait être : "parce que c'est comme ça et point final, d'autres questions ?". Dans le deuxième (mais à te lire je n'y crois pas trop), la réponse serait quelque chose comme "parce que j'aime bien me faire du mal" (et là aussi il pourrait y avoir un jeu de mots de rugbyman, mes excuses encore).

Sinon, j'adore ce blog et ses commentaires, bordel (et je dis bordel à cause de la 3e mi-temps graveleuse, toutes mes confuses, j'arrête demain).

Et des bises.

Écrit par : manu causse-plisson | 12 janvier 2008

-> Tous -> Vos commentaires sont vraiment trop biens, trop riches (et dire que j'ai hésité comme un malade pendant 15 jours avant de publier cette note. Qu'est-ce qu'on peut être con, des fois !). J'ai envie d'en faire quelque chose, un billet à venir, qui parlera des gens, des constructions, des ressentis, qui rebondira sur vos avis. En tout cas, vous me faîtes gamberger. Je suis trop content que vous vous soyez donné cette peine. En plus, se réveiller un samedi matin au milieu d'une troisième mi-temps de rugby... Quand on parle fantasmes !

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 12 janvier 2008

Bonne idée, Oh!
Je crois aussi que la richesse des commentaires appelle d'autres réflexions. La contribution -très drôle par ailleurs - de Manue Causse Plisson me fait repenser au débat de Noel.
Peut-être que les bi sont tout simplement plus à l'écoute de leurs sens et ont compris que "personne n'est tout blanc, personne n'est tout noir".
Dans les discussions que j'ai pu avoir sur le sujet de la sexualité, il m'apparaît que si les homos ne sont pas encore acceptés, les bi le sont encore moins. "Pervers" est le mot qui revient souvent, même s'ils la vivent en toute transparence. Mon avis est qu'on leur reproche de n'avoir pas choisi. De n'être pas rentré dans une case. On y revient toujours.

Écrit par : Fiso | 12 janvier 2008

J'crois ke ceux ki disent du bien des BIs, Manu Causse-Toujours et Fiso, et les otres, ont raison...

Moi, je renonce à rien. Et si c'etait permis et simple dans la société, je ferais l'amour avec tous les GENS ki me touchent ou ki me trouble. Pour partager avec eux ce ke j'ai de plus précieux : mon intimité.

Eclatons-nous avec notre cul, notre chatte, notre bite, dans la rencontre des otres GENS.

Écrit par : wajdi, bi et bi | 12 janvier 2008

Par hasard sur ce blog, ou plutôt sur cet article et ses commentaires, que je trouve plutôt "riches" par rapport au sujet.
Chacun a son propre vécu et sa propre expérience et comme le dit Wajdi c'est d'abord une question de sexe et d'amour du sexe.
Peu importe donc...le sexe (encore qu'un beau sexe d'homme ...!).
Tous les êtres sont au départ des femmes, d'après les scientifiques, et la différence ne se fait qu'après; alors, est-ce les gênes, le milieu où on vit, les relations avec les parents, la culture ?
J'ai rencontré les mecs sur le tard, d'abord par curiosité (enfin c'est ce que je me dis, en réalité je devais déjà être quelque part refoulé) et puis après par goût
L'occasion ne s'est pas présentée de tromper ma femme avec une autre femme...Donc, je n'ai pas cherché ni suscité cette occasion...Peut être me donnait-elle suffisamment satisfaction pour que je ne cherche pas ailleurs ? Peut-être me suis-je menti en me disant que "baiser" avec un mec n'était pas de l'infidélité?
Sûrement que j'aime le rapport physique avec les hommes (s'ils sont plus jeunes que moi et bien faits !!!) et que c'est aussi une façon de rester jeune...Et pour les plus jeunes qui préfèrent les plus vieux, une compensation du père et l'aquisition d'une certaine expérience?
Stop, là je commence à délirer!
Bien à vous...

Écrit par : Bibi | 15 janvier 2008

-> Bibi -> Ca va, t'as pas déliré trop méchemment. Merci de ton témoignage. Je sais pas encor quand et comment, mais je reprendrai tous vos com pour rebondir sur un prochain billet. Il me faut du temps pour y réfléchir... En attendant, sois le bienvenu ici.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 15 janvier 2008

J'trouve comme Bibi ke tromper sa meuf avec un mek, c pas comme le faire avec une meuf. J'suis pas sur k'elle le prendrait mieux, mais pour moi, c'est pas lui faire d'infidélité.

Écrit par : wajdi, fidèle et infidèle | 15 janvier 2008

Oui je partage tout à fait l'avis de Bibi et de Wajdi.J'arrive tout à fait à différencier ma vie de couple et le reste.Et comme Bibi, je n'ai jamais eu de maitresse.

Écrit par : Christophe | 16 janvier 2008

Je ne sais pas si ça vaut pour tous ceux qui aiment les "bi" ici, mais je sais que c'est assez clair et explicite en ce qui concerne Wajdi : s'il aime les hétéros et les bis, c'est parce qu'il recherche la virilité et que l'homosexualité est associée à la féminité (les pédales, les folles...). C'est une sexualité plus ouverte que la simple hétérosexualité mais ça reste dans le cadre d'une différence des sexes très fortes - ce que justement certains homosexuels viennent chambouler. Non, être un homme ne veut pas forcément dire être viril et "avoir l'air d'un mec" mais pour beaucoup, l'homosexualité reste l'attirance pour la virilité. C'est peut-être ça à la base de votre (notre?) attirance pour les bis ou alors, je suppose, les pédés "qui ne font pas pédés".

Écrit par : xelias | 16 janvier 2008

WajDi, c’est quoi, l’infidélité ?
Si c’est bander pour un(e) autre, alors tu es infidèle.
Et si c’est prendre du plaisir avec un(e) autre, tu l'es aussi.
Que ce soit un homme ou une femme ne change rien, vous laissez quelqu’un d’autre vous donner du plaisir. C’est ça, être infidèle, pour moi.
Apparemment, la plupart des bi ne trompe pas leur femme, c’est le cas de Boby aussi, il me semble. Il faut croire que cette pseudo-fidélité vous déculpabilise un peu puisque vous vous y tenez tous.
Comme si le fait de ne l'avoir trompée qu’avec des hommes serait une circonstance atténuante, si jamais elle apprenait. En plus, c’est souvent ce que les conjoints lâchés pour une personne du sexe opposé entendent de la part de leurs proches « tu ne pouvais pas lutter ». Quelle consolation !
Pourtant ce qui est insupportable, quand on aime, c’est de ne pas combler l’autre, de ne pas lui suffire (souffrance tout à fait narcissique, par ailleurs). J’ai connu un homme abandonné par sa femme pour une femme, je peux vous dire que ça ne l’a pas consolé, loin de là. Il était détruit et sa virilité en a pris un sacré coup. Et puis, l’amant d’un homme marié sait qu’il n’est qu’une friandise, alors que la maîtresse d’un homme marié, quoi qu’elle en dise au départ, devient souvent vite encombrante.
En dehors de rapports virils qu’une femme ne vous donnera jamais, ou de l’animalité qui pourrait faire peur à certaines, c’est sûrement ce qui vous plaît, la clandestinité, le plaisir vite pris, ni vu ni connu …

Écrit par : Fiso | 16 janvier 2008

@Fiso : je le savais ke je le paierai de te traiter de péruche en porte-jaretelles.
J'suis fidèle a ma meuf psk'elle a une place unique et tant ke je trouverai k'elle a une place unique, j'aurais l'impression d'etre fidele.
T'es pas obligé de dire à tout le monde ke j'bande pour une autre...
Et puis ya autre chose ke j'ai appris récemment : on est responsable de ses actes, pas de ses émotions.

Écrit par : wajdi | 16 janvier 2008

Je vois que le sujet sur les bi, déclenche toujours autant de passion et de commentaires.
@Fiso: je ne vais te faire de long discours sur le sujet juste que "Et puis, l’amant d’un homme marié sait qu’il n’est qu’une friandise, alors que la maîtresse d’un homme marié, quoi qu’elle en dise au départ, devient souvent vite encombrante."
Pourquoi pour toi la maitresse n'est pas une friandise ? Il ne peut pas y avoir de sentiments entre un homme et son amant ? J'avais fais un article sur le sujet suite justement à un commentaire d'une lectrice et je t'invite à le lire http://chrisbi.over-blog.com/article-13256236.html
Remarque on en revient toujours à la même question :
" Sucer c'est tromper ?" lol.

Écrit par : Christophe | 16 janvier 2008

à Wajdi : prenons l'exemple d'un homme qui aime sa femme, qui n'a aucune intention de la quitter mais qui ne peut s'empêcher de draguer des femmes dans des bars ou sur Internet ou je ne sais où. Sa femme a une place unique dans son coeur. Faut-il en conclure que tromper n'est pas tromper ?

Je rejoins Fiso pour dire que la fidélité ou l'infidélité, ce sont des termes qui se définissent à deux. Si tu as l'impression que tu ne trompes pas ta femme mais que tu le lui cache parce que, pour elle, ce serait de l'infidélité, c'est que c'en est, de l'infidélité, non ? Inutile d'avoir peur des mots, et puis on peut tromper quelqu'un tout en l'aimant beaucoup.

C'est drôle l'évolution de la discussion, comme si la question des bis était intimement liée à la question de l'infidélité. L'attirance pour les bis, c'est l'attirance d'hommes casés pour d'autres hommes casés ???

Écrit par : xelias | 16 janvier 2008

Chris,
Correction : j'aurais dû écrire :
"L'amant d'un homme marié accepte généralement d'être une friandise et de rester dans l'anonymat alors que la maîtresse d'un homme marié, quoi qu'elle en dise au départ, exige généralement plus (et vite)"
Il est une friandise, il l'accepte, ou passe à autre chose.
Elle est une friandise, mais refuse de voir la réalité.
Et 20 après, elle est toujours là, à attendre qu'il divorce...
Tu préfères ?

Écrit par : Fiso | 16 janvier 2008

Et si jour on acceptait de dissocier l'amour et le besoin de sexe?
Et si le fait pour un homme marié de rechercher l'amour (la baise?) avec un autre homme n'était que la recherche de son double ?

Écrit par : Bibi | 16 janvier 2008

Y'a autre chose qui m'interroge chez les bisexuels (hommes) que je connais ou lis.
En dehors de Boby qui se définit comme homo et écrit clairement qu'il voulait aboslument des enfants (et qui a follement aimé sa femme, y'a pas de doute là-dessus), vous vous dîtes bisexuels.
Moi quand je vous lis, en tant que femme, je ressens certes beaucoup de respect pour celle qui partage votre vie et vos nuits, mais j'ai aussi l'impression que vous vous éclatez beaucoup plus vous avec les mecs qu'avec vos meufs.
Ce qui m'interpelle, c'est que vous vous êtes tous casés relativement vite avec une femme, vous avez pris le package complet, mariage + enfants, comme si vous vouliez vous mettre à l'abri d'une éventuelle histoire d'amour avec un homme...

Écrit par : Fiso | 18 janvier 2008

-> fiso -> Oh! la la ! y'en a une qui se prépare à recevoir une volée de bois vert...
Moi, à l'époque de mes errances hétérosexuelles, je n'ai pris que la meuf. A la limite, elle me protégeait contre les assauts des autres courtisanes : "ah! ben non, je suis un grand fidèle..." (je me suis toujours fait pas mal draguer par les filles, en fait, je crois). Mais quand s'est posé la question du "package", avec des mômes dedans, j'ai mis les pouces. J'ai toujours esquivé le truc qui me paraissait rendre définitif ma situation d'usurpateur, j'ai évité le non-retour. Du coup, j'ai pas de môme, et c'est une connerie parce que j'en souffre, mais j'aurais eu les mômes, je ne serais peut-être jamais sorti de ce sentier de déserrance.
C'est peut-être pour ça que je ne suis pas bi, moi.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 19 janvier 2008

Je suis prête ;)
J'espère que je ne recevrai pas de volée de bois vert, je n'attaque pas, je m'interroge.
Chrisbi ne me connaît pas, mais WajDi et Boby assez bien, je pense, pour savoir que je ne juge pas, sachant que chacun de nous a SA vérité.

Écrit par : Fiso | 19 janvier 2008

Arrivé un peu tard sur ces com et ce billet dont les superlatifs ont déjà été donnés.
D'abord je pense que Fiso a raison sur 2 points : (1) la fidélité : c'est pas parce qu'on change de sexe en changeant de partenaire qu'on reste fidèle ; sinon pourquoi pas dire, ah ben ma femme est brune et ma maitresse est blonde, alors je suis fidèle et (2) le pied avec les mecs : que les bis qui trouvent le même taux d'adrénaline et de plaisir avec les meufs se dénoncent...
En revanche, cette histoire de fidélité est une vision bien bourgeoise de la sexualité que les participants à ce blog n'ont pas relevé et je m'en étonne ! Si, si. Je rejoins donc le Manu-des-Causse et les GENS. On est fatalement bi quand on peut aimer les gens parce que les gens sont beaux, gentils, touchants, sexy, etc...
S'agissant du PACKAGE, t'es bien sévère, Fiso. Le PACKAGE femme-mariage-enfant comme tu dis, n'est pas ni systématique chez les bis, ni leur apanage. Ou alors ton échantillon de bi est biaisé (un jeu de mots pour qui ???). Et désolé pour Oh!Oh!... mon commentaire n'est pas allé jusqu'à toi... Peut être que toi tu as eu "le courage" de te lâcher des deux mains et que les bis n'ont pas la motivation suffisante. En fait, on n'en finit plus de trouver des explications à 2 balles...

Écrit par : DonDiego | 19 février 2008

-> DonDiego -> Tu en lâches de plus en plus, j'aime ça, je crois qu'on ira loin ensemble. Je te sens sincère, et ta remarque sur l'adénaline le prouve. Aimer les gens pour ce qu'ils sont, bien sûr. J'ai parfois aussi envie de me laisser aller à des caresses envers des femmes, cela m'est même un peu arrivé ces temps-ci. J'ai pourtant une retenue, qui n'est pas du dégoût, peut-être la peur d'être ambigüe, et au bout de décevoir. Vas jusqu'où tu seras motivé pour aller, personne ne t'en demande plus.

Écrit par : ¡Agua!91 alias entre2eaux | 19 février 2008

OhOhOh (avec l'intonation de nos cousins outre-manche)... Voilà qu'on ferait marche arrière ? Ou bien la boucle va-t'elle se boucler ? Pourquoi une femme serait déçue si elle sait d'une manière ou d'une autre quelle genre de garçon tu es ? Mais je ne peux m'empêcher d'être d'accord avec toi, quand même... Rares me semble-t'l, et l'avis d'une femme serait intéressant, sont celles pour qui la galipette est légère. Alors que pour les mecs, c'est avant tout une bonne partie de plaisir et que l'essence du sexe se résume ... au sexe. Faut bien le dire. Je ne parle pas d'absence de sentiment ou de tendresse, je dis simplement que c'est dissocié dans la tête de la très grande majorité des mecs. Donc, si tu refais un peu le chemin à l'envers (welcome back ;-)), avance prudemment. Quant à l'ambigüité, elle est partout !!! Personne n'est noir ou blanc, bon ou mauvais, il y a de tout dans tout. Faut arrêter ce diktat de yankee !

Écrit par : DonDiego | 20 février 2008

-> DonDiego -> Pas de marche arrière, il s'agit de choses différentes, je ne conçois plus avoir de rapports sexuels avec une femmes, ça ne veut pas dire que je n'en aurais jamais plus, mais je suis très très clair avec ma sexualité, elle ne se situe pas de ce côté là. Tu as vu quelque chose du diktat dans mon propos ?

Écrit par : Oh!91 | 20 février 2008

Don Diego,
On est d’accord sur un 3ème point alors, c’est l’utopie de la fidélité. Pour moi, ça n’a rien d’une vision bourgeoise mais c’est bien une tentative de contrôle de l’homme, en culpabilisant le plaisir et l’expression de nos instincts.
Pour ce qui est de la bisexualité, je pense que la frontière n’est pas aussi claire. Si on est sincère et à l’écoute de son corps, on s’est tous retrouvés à un moment de notre vie, confronté à une situation où on a été, au minimum, troublé par une personne du même sexe. Après la curiosité, la morale, la peur font qu’on se laisse aller ou pas.
C'est une question d'opportunités et de choix.
Donc pour répondre à Oh !91, je ne vois pas en quoi se donner du plaisir ou de la tendresse engagerait en quoi que ce soit, à partir du moment où comme le dit Don Diego, le contexte est connu dès le départ.
Tu penses à la place des femmes, comme la plupart des mecs que j’ai croisés.
Arrêtez de nous enfermer dans cette position qui VOUS rassure, avant tout, de la brave fille qui ne fait l’amour que si elle est amoureuse !
C'est humiliant et castrateur.

Ressens ton corps, concentre toi sur tes sensations et arrête d’y mettre du mental. Laisse toi aller.
Une main, une bouche n’est pas masculine ou féminine, c’est la façon de te toucher qui fait que c'est bon ou pas. Je connais des mecs qui ont la poigne d’un mollusque et des nanas qui sont d’une virilité incroyable.
Et pour celles qui se font des films, c’est leur problème, pas le tien. On en a déjà parlé, fais moi confiance, je les connais bien ! C’est de la manipulation.
J’en profite pour rebondir sur la remarque de Don Diego concernant les femmes et leur supposée incapacité à prendre le plaisir pour ce qu’il est, c'est-à-dire un partage léger et généreux. Si elles n’arrivent pas à vivre l’instant, c’est surtout parce que dans la tête de la plupart des hommes (heureusement, en vieillissant, eux aussi changent), une femme qui assume ses désirs est une salope. Et quoi qu’ils en disent, la plupart, même inconsciemment, ont besoin d’être rassurés en nous maintenant dans ce schéma. Ca flatte leur ego et rassure leur virilité de mâle dominant.

Écrit par : Fiso | 20 février 2008

Eh bien moi, je revendique ma part de flou ! Pas de diktat explicite chez toi, c'est vrai, mais tu rejète l'ambigüité et ça s'apparente un peu à un diktat pour celui qui est ambigü. Mais je conçois ton évolution... avec respect, tu le sais.

Écrit par : DonDiego | 20 février 2008

A Fiso : you're a star !!!
La femme qui assume son désir, on aimerait en rencontrer plus souvent. Et si les mecs pensent à la place des femmes, c'est que sur ces sujets, on ne vous entend presque jamais... ou alors y a une gêne réciproque à en parler.
J'ai dit fidélité bourgeoise pour me faire plaisir.
Je voulais surtout te dire à quel point ton com sonne juste pour moi. Merci ;-)

Écrit par : DonDiego | 20 février 2008

Je t’assure, nous parlons, vous nous entendez, mais vous n’écoutez pas ;)
Parce que pour ce qui est de parler, je n’ai pas de problème. Avec les hommes qui m’ont traité d’égal à égale, j’ai vécu des moments merveilleux, pleins d’amour, et sans engagement. Trop rares malheureusement, parce que la plupart ne nous croient pas, même quand on est sincères. Alors comme l’échange sincère se base sur une confiance mutuelle, pour moi, et qu’en plus de beaucoup d’autres défauts, je suis aussi orgueilleuse … et bien, ça donne … à ce jour, presque 6 mois d’abstinence ! lol …(mais tu vois, je garde mon humour)

Écrit par : Fiso | 20 février 2008

-> DonDiego -> Je serais bien mal placé pour te dénier ta part de flou, moi qui ne me suis construit que dedans. Mais de fait, je suis assez heureux, dans ma démarche d'aujourd'hui, de chercher à me montrer net. Ca me rend plus fragile, aussi, et plus vulnérable, j'en suis conscient, mais je le prends comme une victoire sur moi-même. Je suis somme toute assez fier de mon parcours, mais je ne me sens pas le droit d'être prosélyte. Si je le suis, c'est malgré-moi, et quand tu sens heurté, je m'en excuse sincèrement ;
-> Fiso -> Si j'avais su que tu voyais mon regard sur les femmes comme humiliant et castrateur !... je dis juste ce que je crois être à l'origine d'une retenue, pour pouvoir peut-être la dépasser. Ton appel à me laisser aller en m'affranchissant du mental tape assez juste, par contre : si seulement ça pouvait se décréter... je te retourne le compliment rapport à ton orgueil ? T'es vraiment ma petite chérie d'amour, toi.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 20 février 2008

Oh!91,
J'ai oublié d'ajouter un clin d'oeil.
Ce n'était pas un cri de colère (quoique ...)
Je n'ai jamais pensé que tu regardais les femmes d'une façon humilante et castratrice, bien au contraire.
Mais je pense que peut-être, à trop vouloir être clair avec toi-même et les autres, tu te prives de tout un tas de nuances bien agréables, à supposer qu'elles soient déstabilisantes.
Peur d'être surpris ? Que le contrôle t'échappe ?
Tu écris "peur de décevoir". Mais la déception n'est que le reflet des illusions qu'on s'est forgé, pas la réalité...
En tout cas, l'emploi du "vous les hommes", c'était pour dire que dans un sens général, c'est l'effet que ça me fait à moi, quand un homme nie ma complexité et veut que je corresponde à ses clichés féminins.
Je me sens insultée dans mon intelligence et brisée dans ma spontanéité.
Comme s'il me refusait la liberté qu'il s'accorde.

Écrit par : Fiso | 20 février 2008

Promis, Fiso, je vais beaucoup plus vous écouter dorénavant. Et pour l'orgueil, c'est un vilain défaut que j'ai aussi, même si je me soigne. Alors, change de point de vue, remplace ton orgueil par de l'humour... "mets de l'huile", quoi.

Écrit par : DonDiego | 21 février 2008

Les commentaires sont fermés.