Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 décembre 2007

De l'art dêtre un lecteur de blog

Une certaine Simone, que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, a déposé hier le commentaire suivant sur un blog qui m'est cher. C'est celui d'un jeune auteur que je ne connais pas d'avantage, sauf qu'il s'appelle Manu (à moins que ce soit un pseudo), qu'il vit à Toulouse, ou par ce coin-là (il me corrigera s'il passe par ici), qu'il se laisse parfois pousser une barbe en collier à la Robert Hue alors qu'il est dix fois mieux sans, qu'il a du talent - et du goût -, qu'il aime une Princesse, qu'il est un père méritant et que chaque fois qu'il écrit un mot, ça dit de lui qu'il est quelqu'un de bien (*) :

"Simone a dit...

De l'art d'être un lecteur de blog :
1 - en choisir un, deux, trois maximum
(pour moi c'est le tien et le méli-mélo blog, un bijou)
(NDLR : le commentaire ne s'adresse pas à moi, mais bien à ce Manu, vous l'aurez compris - et j'ajoute : elle a raison)
2 - lui rendre visite tous les jours, parfois plusieurs par jour lorsque le blogger en chef est un peu paresseux...
3 - Déguster le post, la pastille.
4 - ne commenter que si l'on a quelque chose à dire (comme tu l'auras constaté, j'ai plus souvent à taire qu'à dire)
5 - faire un petit effort quand le blogger à l'air malheureux, mettre un commentaire pour que surtout, surtout, il n'arrête pas de blogger, parce qu'alors je me sentirais bien seule, face à mon écran toute la journée...
Je sais, c'est un peu égoïste, mais j'assume.
Ton blog est authentique. Moi, ça me va bien.
(NDLR : même remarque que plus haut)"

Moi, ça me rappelle mes débuts. Pendant deux mois, je n'ai adopté qu'un blog, puis j'en ai eu trois. Point. Je m'interdisais d'en consulter plus. Une conception de la fidélité, ou une façon de me protéger, d'éviter de tomber dans des addictions futiles.

Et puis j'ai créé le mien. J'ai reçu des visites inattendues, j'ai rendu la politesse. Ou je suis allé prospecter, chercher des affinités nouvelles. Des fois, à la limite du racollage. Et de tours en détours, j'ai rencontré de belles figures, riches ou belles, intéressantes, avec de vraies envies de les suivre, et je me suis créé des obligations nouvelles. Même conception de la fidélité, mais désormais torturée par des dents de scie. Une journée n'a que 24 heures.

Parfois déjà (mon blog a à peine plus d'un mois), je regrette cette douce époque où je picorais, à ma guise, sans obligations, sans névrose, où j'avais choisi mon cercle et m'y tenais. Je passais à côté de beaucoup de choses. Et de belles personnes. Mais je n'étais pas haletant comme aujourd'hui.

Alors moi, je te le dis à toi, lecteur, lectrice, ami(e) : Simone a raison, et je t'encourage à suivre son conseil, en entier. Avec s'il-te-plait, là, une attention particulière pour son point 5.

____________________

(*) Il publie chez Talents hauts et Page à page, et via ses éditeurs, il te livre ainsi sa biographie : "Titulaire de plein de trucs universitaires, plus trop marié. A décidé de faire comme dans les histoires qu'il raconte, sinon la vie ne ressemblerait pas à grand-chose. Vit actuellement d'amour, d'eau pleine de nitrates et de garde alternée dans un mobil-home." Tu vois que c'est quelqu'un de bien.

00:05 Publié dans mes amis blogueurs | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : blog

Commentaires

Je ne sais pas si on peut se limiter en nombre de blogs (si, mais pas à 2 ou 3).
Il y a ceux des copains.
Il y a ceux qu'on adore lire le texte (c'est ceux-là qu'il faut limiter, sinon on tourne chèvre),
Il y a ceux des commentateurs réguliers de son propre blog à qui on doit une "visite de politesse" et à qui on s'attache pour leur gentillesse.
Pour moi, il y a en plus ceux des analystes politiques pertinents, ceux qui apportent de l'information, ...

Je crois que l'important est de ne pas se faire bouffer par son propre blog. J'ai parfois des "débutants" (ça fait deux ans que je blogue) qui viennent chez moi par hasard, mettent des commentaires. Je commence à aller les voir, et paf !, ils diffusent un truc bien, je leur mets en lien chez moi et reçoivent alors une dizaine ou une quinzaine de visites, la moitié commente "très beau texte, c'est Nicolas qui m'envoie"... Deux trois comme ça et le blog se retrouve dans une dizaine de netvibes... Le blogueur prend alors le melon : au départ il écrivait pour lui et se retrouve à écrire pour d'autres. Du coup, ils commencent à ne plus visiter les blogs et surtout ne plus commenter (plus le temps, ils ont un blog à faire vivre).

Ainsi, en tant que "simple lecteur" on peut se limiter à 2 ou 3 blogs, en tant que blogueur, il ne faut pas se limiter. C'est presque mathématique : si chaque blogueur veut avoir 10 lecteurs commentateurs réguliers, il faut qu'il lise et commente régulièrement 10 blogs !

Par ailleurs, ce n'est pas tellement "bouffant" de suivre plusieurs blogs : très peu publient souvent, les blogs ont souvent une durée de vie limitée (dans mon "netvibes", j'ai une bonne vingtaine de blogs que j'ai aimés mais qui ne diffusent plus).

Sur certains blogs que vous aimez beaucoup, certains sortent des billets que vous n'allez pas lire après le premier paragraphe. Typiquement, chez moi, si je me lance dans une longue tirade sur les 35 heures, je sais que les copains ne vont pas me lire mais qu'une dizaine de blogueurs politiques va le faire et commenter ! Par contre, quand je raconte une soirée à la Comète, les copains vont lire... pas les blogueurs politiques ! (c'est d'ailleurs pour leur faciliter la vie que j'ai trois blogs).

Enfin, parmi les blogs qui diffusent beaucoup (comme Sarkofrance et moi par exemple), la lecture de la plupart des billets est souvent très rapide (hier, sur les deux de mes blogs, j'ai fait en tout une dizaine de billets, mais seuls deux dépassaient les 10 lignes).

Ce commentaire est trop long... Il ne sera pas lu jusqu'au bout !

Écrit par : Nicolas J | 22 décembre 2007

Ah ! J'oubliais un "détail" : pour suivre plusieurs blogs, il faut des outils comme netvibes, sinon, effectivement l'effort est abominable.

Écrit par : Nicolas J | 22 décembre 2007

Le blog cela doit quand même être la liberté d'aller et venir, de commenter ou pas, de ne plus lire, ou de venir relire...
Il n'y a pas de règles !
Moi j'aime découvrir, mais c'est vrai ce que tu dis : 24 heures les journées n'ont que 24 heures !

Écrit par : Fauvette | 22 décembre 2007

hi, hi, hi, hi, je suis tout rouge de confuse modestie flattée... et Simone va l'être aussi... heu, merci ? Et joyeux prénoël.

Écrit par : manu causse-plisson | 22 décembre 2007

-> Nicolas J -> Netvibes, je confirme, c'est un outil commode. C'est Fiso qui m'a coaché sur ce coup-là. Pour le reste, je préfère pas trop calculer, sinon, rien que d'y penser, j'ai mal à la tête. Bon, disons, que quand j'aurai plus de com, je comprendrai qu'il est temps d'arrêter. C'est pas mal comme critère, non plus ?...
-> Fauvette -> Avec la liberté et le plaisir, on arrive toujours à s'arranger. Avec le temps, c'est plus dur. C'est le seul problème, au fond. Depuis avant l'ère des blogs sans doute.
-> manu -> Y'a pas de doute que t'es un modeste. Mais c'est moi qui devrait me faire tout petit. D'ailleurs je me le fait, là.......

Écrit par : entre2eaux | 22 décembre 2007

Non ! Ca ne s'arrête jamais...

Écrit par : Nicolas J | 22 décembre 2007

tout lu même Nicolas J ... ;-)
je ne me suis pas demandé si simone avait raison, elle a simplement ses raisons et nous ne fonctionnons pas tous à l'identique, heureusement.
Plus de com ne veut pas dire arrêter non plus, on se remet peut être en question, on change de ton ou pas c'est selon, mais écrire uniquement pour des com c'est se planter, je crois ...
moi j'utilise aucun outil, enfin si un seul ... mon coeur ;-) c'est pas tant les sujets que les personnes qui m'intéresse, si je laisse un com il ne sera pas forcément pour dire quelque chose, juste un signe peut suffire. Le point 5 n'est pas a négliger mais il y a souvent un fossé entre la réalité et ce qui est projeté via les mots.
Je l'ai déjà dit pas d'obligations et du plaisir sous toutes ses formes.
Bisous

Écrit par : Bougrenette | 22 décembre 2007

C'est vrai qu'au fur et à mesure des mois, mon Netvibes s'étoffe. Et biens sûr quand un petit nouveau met un com chez moi, je lui rend toujours la politesse, que j'y revienne ensuite ou pas.
Je refuse de me créer des contraintes du genre tu me mets un com, je t'en mets un, certains blogueurs fonctionnent comme ça et se vexent. Je lis beaucoup de blogs mais je commente que quand j'ai quelque chose à dire.
En revanche, ce qui m'agace vraiment, c''est la course aux visites que certains livrent, à coup d'articles racoleurs sur les people. Ca me fait penser à la soupe merdique qu'on nous sert à la télé.
Pour moi ce qui importe, ce n'est pas que le nombre de visites augmente, mais que mes lecteurs fidèles le restent, parce que je me suis vraiment attahcé à eux.

Écrit par : Fiso | 23 décembre 2007

Je visite plusieurs blogs chaque jour, je ne laisse pas systematiquement de commentaires, je ne veux pas y etre obligée!!
Comme le dit Fiso, certains blogueurs fonctionnent de cette façon : tu me laisses un commentaire sinon je ne t'en fais pas!! c'est un dôle de raisonnement!!
je ne veux aucune contrainte concernant mon blog et celui des autres!!

bonne fêtes de fin d'année à toi et tes visiteurs

Écrit par : monette77100 | 23 décembre 2007

-> Bougrrenette -> Et l'outil pour l'outil du coeur, t'es pas une buze !
-> Fiso -> Surtout pas devenir racoleur... mais donc se débarrasser de réflexes frénétiques, garder la raison... tu continueras de me coacher ?
-> monette 77100 -> Merci. Bonnes fêtes de fin d'année à toi aussi. Et j'allais dire : bonne branlette (lol - ceux qui suivent comprendront - rapport au premier sujet qui nous a rapprochés)

Écrit par : entre2eaux | 23 décembre 2007

One afternoon, I was in the backyard hanging the laundry when an old, tired-looking dog wandered into the yard. I could tell from his collar and well-fed belly that he had a home. But when I walked into the house, he followed me, sauntered down the hall and fell asleep in a corner. An hour later, he went to the door, and I let him out. The next day he was back. He resumed his position in the hallway and slept for an hour.
This continued for several weeks. Curious, I pinned a note to his collar: "Every afternoon your dog comes to my house for a nap. "
The next day he arrived with a different note pinned to his collar: "He lives in a home with ten children - he's trying to catch up on his sleep."

I cried from laughter
Sorry, if not left a message on Rules.

Écrit par : Melissik | 08 mai 2008

Indeed, Melissik's note was meant to be a metaphor : his wandering dog is a lost blogger who was just tired of getting too many coms from blabbering, noisy kids (his regular commenters). That's why he dropped by you. Peace and quiet home. You should thank him for that. Does he deserve a visit in return ? ;-))

Écrit par : lancelot | 09 mai 2008

-> Melissik -> Sorry my dear, you're out of the field. I just thank you for making this old note shows up once more ;
-> lancelot -> I'm note sure about.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 09 mai 2008

Les commentaires sont fermés.