Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 décembre 2007

Sylvain, la danse des dauphins

78d0c9757def588d30edb853e4d45c9c.jpg

Comme tu sais, la piscine Roger Le Gall est ma piscine de prédilection (je te parle de ma passion pour la nage). Elle a de nombreux atouts par rapport à la moyenne des piscines parisiennes. Mais elle a surtout une particularité : trois fois par semaines, elle t'accueille pour des nocturnes naturistes. Le découvrant par hasard au début de ce printemps, il m'est arrivé d'y aller quelques fois profiter de ce grand bonheur qu'est nager en liberté au début de l'été. Jusqu'à ce lundi, je n'y étais pas retourné.

Je dois à la vérité de dire que 90 à 100 % du public y est en général de sexe masculin (100 % même en ces jours de grand froid), et probablement dans les mêmes proportions gay. Je me dois donc - pour prévenir les déceptions - d'ajouter que les jeunes et sémillants garçons se rencontrent dans des proportions un peu différentes. Parmi ceux-là, il y a Sylvain.

Avec Sylvain, nous nous étions déjà trouvés lors des ouvertures estivales. Deux ou trois fois, il nous était arrivés de nous caresser sous l'eau, dans des effleurements provoqués, de nous attarder en bout de ligne en laissant traîner nos mains, de nous faire bander et d'en rire plus que simplement d'en sourire. Puis de nous finir sous les douches, une fois même en compagnie d'un certain Yves, en vedette américaine...

Ce lundi, après avoir réalisé une partie de mon programme de nage, en sortant la tête de l'eau j'ai vu de loin mon Sylvain arriver. A dire vrai, je l'avais espéré. Il a devancé mon sourire, et nous nous sommes rapprochés.

Je ne vais pas évoquer ici nos premières caresses, elles furent d'emblées denses et explicites, dépourvues de la petite hésitation habituelle. Nous aurions pu l'un comme l'autre décider d'aller directement nous réfugier dans une cabine de déshabillage et nous livrer l'un à l'autre. Il m'aurait proposé de le raccompagner chez lui, je l'aurais suivi immédiatement. Mais il me restait à nager, et lui n'avait pas dc3ea10ac90b59e1c4c8cd5f52f4a506.jpgcommencé, alors je vais plutôt vous parler d'autre chose : cet étrange ballet qui s'est instauré entre nous. Ces nages que nous avons inventées lundi soir pour parvenir à avancer dans l'eau sans nous quitter des yeux, pour rester - en plein mouvement - l'un sur l'autre, l'un sous l'autre, ou côte à côte, dans un contact subtil fait d'effleurements, d'affleurements. Nous nagions et nous jouions. Nous avancions et nous tourbillonnions. Nous étions en surface et dans la profondeur. Quand il nageait sur le dos, je le suivais d'un crawl abstrait, chaque retour de ma main balayait son flanc. Il avait un dos brassé que je poursuivais d'une simple ondulation. J'ai joué à lui gober le sexe en pleine nage et y ai réussi. Nos érections ne nous quittaient pas. Quelques regards bienveillants, des sourires ou des mots gentils nous arrivaient sans nous troubler, ne stigmatisaient aucune gêne, comme pour dire l'évidence du partage, du plaisir.

Nous avons nagé ainsi pendant près d'une heure en nous séduisant comme dans le balet nuptial des dauphins. A chaque arrêt en bout de ligne, j'aimais entourer sa taille de mes jambes, éprouver délicatement son érection, sentir ses mains sur mes jambes. Plus tard dans le sauna, Sylvain m'a massé le dos, la nuque en points d'accupuncture, les omoplates. Puise091bc1a13967e0d7799d1fc58b47c91.jpg nous sommes allés nous doucher, nous isolant dans une cabine individuelle, le rideau simplement tiré. Son sexe était circoncis, délicieux à sucer, plein. C'est loin d'être la première fois que je faisais l'amour avec un homme circoncis. Mais d'avoir écrit ce billet l'autre jour sur le prépuce, et lu certains de tes commentaires, ça m'a fait réaliser que j'éprouvais un plaisir spécial à enbrasser une verge circoncise, même si j'ai en revanche plus de difficulté à la branler qu'une bite ordinaire. Nous avons presque joui ensemble, presque dans la main l'un de l'autre, presque, mais finalement avec nos mains respectives, et lui juste après moi. Comme à cause d'un embarras, d'une connaissance maladoite du sexe de l'autre, de la sensibilité de l'autre. Juste une petite question d'ajustage.

Un presque pas beaucoup plus gros que la taille d'un prépuce, si ça se trouve.

Commentaires

Je suis tout mouillé moi.lol

Écrit par : Christophe | 21 décembre 2007

heu ... non ...
Ca après "l'eau quand l'exemple vient de suisse" chai pas, y a un truc, je me suis laissé flotter "entre deux eaux" ;-)
on a tendance à dire : je rêverais de nager avec des dauphins, pour le coup c'est nager avec Oh et Sylvain qui devient désirable.
Je respire, je sors, je vais bosser, ca fait mal ...

Écrit par : Bougrenette | 21 décembre 2007

Je me demandais comment vous aviez fait pour nager ensemble, en contact et la suite du billet m'a donné des explications.
Quelle sensualité ! Je comprend l'émoi de Bougrenette.
Je ne vais plus nager de la même façon maintenant, c'est sûr ...

Écrit par : Fiso | 21 décembre 2007

-> Christophe -> Attention par ce temps là à na pas sortir mouillé. Déjà que tu sors de grippe !
-> Bougrenette -> Reprends ton souffle, ce serait dommage. celà dit, nager comme ça, pour moi qui aime nager, c'est en soi presque un orgasme.
-> Fiso -> Plus de la même façon ?... Dois-je comprendre que toi aussi la prochaine fois, tu enlèves le bas ?

Écrit par : entre2eaux | 21 décembre 2007

Entre2eaux,
Je peux garder le haut ?

Écrit par : Fiso | 21 décembre 2007

-> Fiso -> Je vois bien que tu veux me faire dire que garder le haut, c'est obligatoire ! Enfin, juste le bonnet de bain, en fait (t'es contente, là ?). Et c'est même pas ridicule quand y'a du désir...

Écrit par : entre2eaux | 21 décembre 2007

mince, un commentaire que j'avais mis hier s'est effacé... à moins que ce ne soit le chef de ces lieux qui ait apposé son veto ? En tout cas, je persiste et signe : en matière d'art érotique natatoire, il me semble que ceci est un must : http://www.youtube.com/watch?v=uNGXdw2_6DM

Bon, d'acc, il y a une femme nue, mais ça ira quand même ?

Écrit par : manu causse-plisson | 22 décembre 2007

-> manu -> Le taulier, il pratique pas la censure, dans ces lieux. Surtout pour une perle pareil. Un chef d'oeuvre du genre, effectivement. T'imagines bien que ton art natatoire va plaire à du monde par ici... merci du cadeau

Écrit par : entre2eaux | 22 décembre 2007

Quel hommage !
Je suis tout "chose" après la lecture de ton récit, tellement il me rappelle les sensations vécues.
C'est comme si c'était hier ... Quel bonheur !
Bisous.
Sylvain

Écrit par : Sylvain | 01 février 2008

-> Sylvain -> juste un sourire, en repensant à toi et à nos petites rencontres aquatiques.

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 02 février 2008

Les commentaires sont fermés.